Didier Lombard succède à Thierry Breton aux commandes de France Télécom

Par 28 février 2005
Mots-clés : Smart city, Europe

On ne laisse pas longtemps un paquebot sans capitaine. Surtout lorsque l'on s'appelle Thierry Breton et que l'on doit fonctionner au pas de charge. Sitôt nommé ministre de l'Economie, des...

On ne laisse pas longtemps un paquebot sans capitaine. Surtout lorsque l'on s'appelle Thierry Breton et que l'on doit fonctionner au pas de charge. Sitôt nommé ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, le PDG de France Télécom (FT) démissionne vendredi soir, et convoque pour dimanche après-midi son conseil d'administration.

Objectif ? Pérenniser sa stratégie mise en place pour FT en faisant élire à sa place Didier Lombard, nommé, depuis avril 2003, directeur exécutif en charge de la mission "Technologies, partenariats stratégiques et nouveaux usages". Opération réussie. Diplômé de l'Ecole Polytechnique et de l'ENST, Didier Lombard connaît bien la maison : il a débuté sa carrière en 1967 chez l'opérateur historique.

Ce dernier sera secondé par Michel Combes, qui conserve son poste de directeur financier du groupe. Le troisième homme clef de France Télécom est un autre grand fidèle de Thierry Breton : Olivier Barberot, directeur exécutif en charge de "l'optimisation des compétences humaines".

Si le programme de réintégration des filiales Wanadoo, Orange et Equant au sein du groupe FT devrait être achevé au 1er semestre 2005, l'objectif de réduction de la dette de l'opérateur historique sera plus long à atteindre. Fin 2004, FT possédait une dette avoisinant 44 milliards d'euros. Sur ce montant, 6 milliards d'euros doivent être remboursés d'ici la fin de cette année, afin de tenir les échéances prévues par l'ancien président, Thierry Breton.

(Atelier groupe BNP Paribas - 28/02/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas