La difficile exploitation de Twitter pour la diffusion de l’info santé

Par 10 janvier 2013
Santé et Twitter

Pour les sujets médicaux comme pour le reste, le réseau de micro-blogging contient beaucoup d’informations pertinentes. Mais trouver la bonne et les bons relais reste difficile.

Savoir s'il est possible de se reposer sur les médias sociaux pour diffuser des informations à caractère médical suscite de plus en plus l'intérêt. Si une étude récente s'intéressait plutôt à cela sur les réseaux en général (c'est à dire les liens qui concrétisent des communautés), une équipe de chercheurs de l'université de Pennsylvanie s'est elle directement intéressée à Twitter. Avec un constat : l’outil peut s’avérer fiable sur les sujets de santé publique… mais à condition de bien faire le tri. Pour le bien de leur étude, les chercheurs se sont concentrés sur la réanimation cardiaque (abrégée CPR en anglais, pour "cardio-pulmonary resuscitation"). Ils ont donc scruté le réseau plusieurs semaines durant en recherchant différents mots clés comme "massage cardiaque", "arrêt du cœur", "défibrillateur" ou "mort subite ", par exemple. Sur une durée d’un mois, le total des messages ainsi analysés a dépassé 62 000.

Un quart à peine de messages pertinents

Parmi ceux-là, un quart à peine contenait des informations pertinentes sur le sujet d’étude, soit un peu plus de 15 3000 messages. A peine 7 % de ces tweets concernaient un événement particulier. Par exemple des internautes décrivant un massage cardiaque auxquels ils venaient d’assister. Près de la moitié présentait des résultats de recherche ou des articles de presse évoquant une crise cardiaque. Beaucoup de ces messages (44 %) contenaient des informations ou des questions sur la manière de réaliser un massage cardiaque ou l’entretien d’un défibrillateur, par exemple. Enfin, seule une petite minorité de ces messages (moins de 2 %) étaient en fait des questions précises de membres du réseau. Chacune de ces catégories répondant à des besoins (ou à des demandes) différentes de la part des internautes, une simple recherche par mot clé est donc très insuffisante. Les chercheurs se sont aussi intéressés à la propagation de ces informations. Parmi ces tweets pertinents, 13 % à peine ont été retweetés.

Un potentiel… qui reste à exploiter

Sans surprise, les plus repris sont ceux concernant des célébrités. Par exemple l’histoire de ce fan qui a dû subir un massage cardiaque lors d’un concert de Lady Gaga. Leur étude a aussi permis d’identifier les internautes influents sur le sujet. Généralement, des professionnels du secteur, amenés à tweeter plus souvent à propos de massages et d’arrêts cardiaques. La bonne nouvelle, c’est que ces "pros" sont aussi plus suivis que la moyenne, faisant d’eux de bon relais. "Cette étude illustre le potentiel de Twitter pour fournir des informations en temps réel sur les crises cardiaques et les méthodes de réanimation", assurent les chercheurs.  Eux vont même jusqu’à imaginer un système qui pourrait répondre automatiquement aux questions des internautes sur ces sujets. Un système néanmoins encore loin d’être au point, et qui ne fonctionnera qu’à condition de suivre les bonnes règles.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas