La diffusion de l'information tient à la diversité des liens

Par 13 février 2012
Mots-clés : Smart city, Europe
links social networks

Il ne s'agit pas tant de cultiver soit des liens forts soit au contraire, de multiplier les liens faibles sur les réseaux sociaux pour assurer une bonne visibilité de ses messages. C'est la combinaison de ces relations qui détermine souvent le succès.

C'est la combinaison des liens faibles et des liens forts qui assure une meilleur diffusion de l'information sur les réseaux sociaux. Inutile donc de privilégier l'un à l'autre, voire de négliger les liens faibles, souvent considérés comme moins intéressants, quand on cherche à avoir une meilleure visibilité. Voilà ce qu'avance un collectif de chercheurs espagnols de l'Institut de recherche sur la physique interdisciplinaire et les systèmes complexes de Palma. A la base de leur travail, la théorie de Gravonetter, appliquée à la diffusion d'information sur les réseaux sociaux. Pour rappel, cette théorie repose sur l'idée que chaque individu possède des liens forts qui correspondent à sa famille et ses amis, et des liens faibles qui ne sont que de simples connaissances.

La force des liens forts

Pour en arriver à cette conclusion, l'équipe de chercheurs s'est basée sur Twitter, et sur les interactions entre les différents utilisateurs. Ainsi, les liens entre plus de deux millions de personnes et leurs quarante huit millions d'abonnés ont été étudiés au moyen d'un logiciel nommé Oslom. Celui-ci a permis de mettre tout d'abord en évidence les différents groupes d'utilisateurs, et grâce à l'analyse des retweets et des mentions, de découvrir la structure hiérarchique de ces groupes. En effet, selon les chercheurs, "les mentions, plus personnelles, sont postés au sein d'un même groupe, alors que les retweets sont plus largement diffusés d'un groupe à un autre".

Et celle des liens intermédiaires 

Cela implique que les mentions seraient donc plus souvent l'œuvre de liens forts. Et que les retweets seraient plus massivement effectués par des liens faibles. Or ce sont souvent ces transferts de messages qui permettent de diffuser une information d'un groupe à un autre. Les chercheurs ont également constaté l'apparition d'un autre type de catégorie qui permettrait d'expliquer les grands mouvements récents de partage d'information. En effet, certains utilisateurs auraient une place importante au sein de plusieurs groupes, et joueraient le rôle de liens intermédiaires. Ces individus publient plus souvent et sur des sujets plus variés.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas