La diffusion du signal, une priorité pour les technologies sans fil du secteur médical

Par 13 mars 2013
Communications sans fil

Bien que de plus en plus utilisés dans le suivi médical des patients, les senseurs sans fil et autres technologies comparables se confrontent souvent au même problème, celui du blocage de signal.

Malgré des centres médicaux qui s'adaptent de plus en plus au vieillissement croissant de la population, les senseurs et les capteurs mis en place afin de surveiller les patients nécessitent encore des ajustements. En effet, tandis que la surveillance se numérise grâce à de nombreux appareils tels que les pacemakers, les tatouages biométriques et autres systèmes sans fil, l'affaiblissement des ondes électromagnétiques, sur lesquelles ces appareils sont basés, demeurent fréquents. Afin de mieux comprendre les défauts des ces équipements, un groupe de chercheurs de l'Institute of Information Technology d'Islamabad, aidé d'un scientifique canadien de la Dalhousie University, se sont penchés sur les différents types de capteurs et les pertes de signal occasionnées.

Des émetteurs biométriques à perfectionner

Bien qu'il existe plusieurs technologies sans fil au service des WBAN (Wireless Body Area Network), toutes sont confrontées aux mêmes problèmes lorsqu'il s'agit d'une perte de signal : la distance entre les antennes et la fréquence de la bande passante. En effet ces émissions sans fil sont basées sur le phénomène du multi-trajet – un signal qui se propage par plusieurs chemins et est reçu par une seule antenne. Entre autres, la réfraction, l'absorption et la réflexion des flux électriques ou magnétiques entre l'émetteur et l'appareil receveur par des objets sont les contraintes majeures. De plus, les pertes de trajets dépendent aussi de la distance entre les antennes, de la qualité de l'air (sec ou humide) et de l'environnement environnant, selon qu'il soit urbain ou rural. La nature des antennes est aussi à considérer si l'appareil est destiné à être sur ou à l'intérieur du corps d'un patient : les flux électriques génèrent des radiations électromagnétiques dans le corps humain, et les implants internes nécessitent donc des flux de données relayés par des antennes magnétiques.

Une solution à la perte de trajet

Ce constat étant fait, les chercheurs estiment que les récepteurs Rake, un type de récepteur radiophonique doté de plusieurs sous récepteurs, pourraient apporter une solution satisfaisante aux problèmes de trajets, puisqu'ils sont capables de détecter les multi-trajets des signaux propagés et de les synthétiser. Quoi qu'il en soit, les technologies sans fil utilisées dans le secteur médical dépendent toutes d'un facteur prépondérant : la consommation d'énergie. Si certaines technologies, telles que le Bluetooth, apportent une forte bande passante, elles consomment toutes énormément d'énergie, un second problème qui se pose aux télécommunications sans fil dans le secteur médical.

 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas