"Le digital entre dans le management par le biais des personnes qui le portent"

Par 16 novembre 2012 Laisser un commentaire
Management

Accompagner les responsables actuels afin de gérer au mieux la transition avec les jeunes générations est l'un des enjeux du management à l'ère du numérique. Toutefois le digital dans le management n'est pas devenu une norme.

Rencontre avec Philippe Torres, Directeur Conseil et Stratégie numérique de L'Atelier. Il participera au petit déjeuner débat Faut-il repenser le leadership à l'heure du numérique ?, organisé lundi 19 novembre. Cela, à l’occasion de la sortie de l’ouvrage "Le leadership à l’ère du numérique – No Fear"* de Pekka A. Vilajakainen & Mark Müller-Eberstein :

L'Atelier : En quoi le digital change t-il la structure de l’entreprise ?

Philippe Torres : Depuis plusieurs années, le digital est entré dans le management de l’entreprise par le biais de personnes qui l'ont porté. Mais pour l’instant on a à peine commencé à faire évoluer le management de l’entreprise pour intégrer pleinement cette question du digital.

Il faut en fait distinguer trois types de sociétés. La première ? Les pures players du digital, chez qui par définition le management et la stratégie sont digitaux. Ce qui nous amène au deuxième type, à savoir les entreprises du digital qui ne sont pas des pure players. Ces dernières ont une culture digitale ; comme Apple, et dans lesquelles on a créé des directions du digital que en marketing, ou en communication par exemple. Et enfin le troisième type, les entreprises traditionnelles, dont certaines ont créé des silos digitaux comme la Fnac. Ces entreprises ont déjà une expérience significative du digital et tentent donc de fusionner dans leur management la vision digitale à la vision classique de l’entreprise. Elles essayent en effet plutôt de diffuser une culture du digital auprès de tous les managers de l’entreprise. Donc on est encore loin d’une norme.

On dit souvent que la transformation de l'entreprise est poussée par ses collaborateurs issus de la génération Y. Qu'en est-il ?

La révolution digitale n’a pas été menée par des digital natives puisqu’elle a eu lieu il y a plusieurs années. Elle a été conduite par des digital migrants. Les géants du digital n’ont pas été fondés par des natifs du numérique, et ne sont pas toujours dirigés par ces derniers. En fait tous les managers y compris ceux qui s’occupent de la question de la RH ont conscience qu’il y a deux cultures dans l’entreprise : celles de ceux qui ont pris le train du digital en cours de route, et ceux qui sont nés dedans, mais qui n’ont aujourd’hui pas encore le pouvoir.

La question qui se pose aujourd’hui est de savoir ce qu’il va se passer dans les années à venir quand un management qui n’est pas fait de digital natives va croiser le chemin d’une génération montante de ceux-là. Il faut réussir la migration des managers actuels pour en faire des digital migrants efficaces, et commencer à réussir le remplacement de ces responsables par les premières générations de digital natives.

Quel est donc l’impact actuel des nouvelles générations sur le monde du travail ?

Il n’y a aujourd’hui pas de chiffre et mon parti pris est que si on ne peut pas quantifier, c’est qu’il n’y a pas un véritable impact. Le mode de management de digital natives est structuré par les écoles dont les enseignants ne sont pas issus de la génération Y, et ils sont influencés par les règles des entreprises. Aucun chiffre ne témoigne du fait que les digital natives sont plus entrepreneurs que les autres. Rien ne prouve leur appétence au risque, la différence selon moi est davantage culturelle.

Comment doivent réagir les entreprises ?

La digitalisation des filières classiques est à l’ordre du jour. C’est en effet ce qui va faire que le digital va vraiment prendre du poids et rapidement. Et non le remplacement des filières classiques par des filières digitales. Donc il s’agit de comprendre quelle sont les nouvelles règles du jeu. Le sujet est l’entrée du digital dans les moyens classiques. Les entreprises doivent comprendre que c’est maintenant que les business vont se digitaliser sur la base des meilleures pratiques qui ont été mises en place sur internet, ces meilleures pratiques arrivant au point de vente.

*chez Diateino

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas