Les directeurs de systèmes d'information, personnages influents des PME

Par 09 octobre 2009
Mots-clés : Smart city

Plus les entreprises moyennes accordent d'importance aux outils technologiques, plus les DSI grimpent en hiérarchie et responsabilités : accompagner le changement, stimuler l'innovation...

L'importance que prennent les nouvelles technologies au sein des entreprises a un impact direct sur les responsables des systèmes d'information. IBM souligne ainsi qu'ils prennent progressivement une place de plus en plus importante. Premièrement, ils grimpent en hiérarchie. Plus de la moitié des responsables interrogés font partie de l’équipe dirigeante de leur entreprise. Ils sont également de plus en plus nombreux à se voir confier des responsabilités qui vont au-delà de la simple gestion de problématiques techniques. Orienter la stratégie, permettre plus de flexibilité, accompagner les changements et contribuer à la résolution de problématiques business font désormais partie de leurs attributions.
Une fonction plus stratégique
Une évolution comparable à ce qui s’est produit au sein des grandes multinationales. Cela est particulièrement marquant dans les PME en forte croissance. Les responsables de SI consacrent en moyenne deux tiers de leur temps à des activités destinées à stimuler l’innovation. Cela inclut la levée de fonds pour des plans liés à cette dernière, la mise en place de nouvelles technologies et la mise en perspective de l’information. Ils se montrent aussi plus enclins à mettre en place une architecture orientée services ou à utiliser les technologies vertes. Selon IBM, les entreprises à la croissance plus stable ne donnent pas encore tout le temps de telles responsabilités à leurs DSI.
Une évolution qui génère aussi de la frustration
L’étude relève cependant certaines contradictions entre ces nouvelles attributions et le rôle plus traditionnel des responsables interrogés. Ceux-ci expriment leur frustration de voir leurs différentes fonctions entrer en conflit. Il est difficile de mettre en place de nouveaux services sans interrompre - au moins partiellement - ceux en place. Ou d’améliorer les services en réduisant les coûts, ou encore d’occuper des fonctions stratégiques tout en assurant un support technique à 100 %. Des préoccupations qui ne sont finalement pas si éloignées de celles que connaissent la plupart des cadres exécutifs en entreprise. L'étude a été menée dans une trentaine de pays, auprès de plus de cent cinquante DSI de compagnies de moins de mille employés.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas