La division semi-conducteurs de Motorola va devenir une spin-off

Par 07 octobre 2003

La tendance aux recentrages des activités se confirme chaque jour un peu plus dans le secteur high-tech. Alors qu’en France Wanadoo annonçait se séparer de ses activités audiovisuelles ...

La tendance aux recentrages des activités se confirme chaque jour un peu plus dans le secteur high-tech. Alors qu’en France Wanadoo annonçait se séparer de ses activités audiovisuelles (voir article du jour dans la rubrique Tic investissements), Motorola, le géant américain des télécommunications, vient d’annoncer qu’il souhaitait regrouper ses activités de semi-conducteurs au sein d’une société indépendante, prochainement cotée en Bourse.

Cette nouvelle a fait gagner hier 9,9 % au titre Motorola sur la Bourse de New York. Avec 4,8 milliards de dollars de chiffre d’affaires générés en 2002, la division de Motorola spécialisée dans les semi-conducteurs fait partie des dix plus gros fabricants de puces dans le monde. Cette dernière a toutefois dû affronter la concurrence d’IBM sur des marchés jusqu’alors préservés tels que les puces destinées aux Power PC d’Apple.

Baptisée Semiconductor Products Sector (SPS), près quatre mois d’audit interne, cette filiale devrait donc trouver son indépendance et laisser ainsi Motorola se re-concentrer sur ces cinq divisions principales : les terminaux mobiles (Personal Communications Sector), les produits radio et de connectivité pour les gouvernements et les entreprises (Commercial, Government and Industrial Solutions Sector), les services de télécommunications divers (Global Telecom Solutions Sector) ; les réseaux câblés ou large bande (Broadband Communications Sector), sans oublier les composants pour l'automobile (Integrated Electronic Systems Sector).
(Atelier groupe BNP Paribas – 07/10/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas