Données médicales : une forte réticence vis-à-vis des entreprises technologiques

Par 30 novembre 2015
Américains réticents à transmettre leurs données médicales aux entreprises Tech

Les Américains ne font pas confiance aux entreprises technologiques avec leurs données médicales, selon une récente étude. Ces dernières doivent s’associer à des professionnels de santé pour pallier ce manque de confiance.

La divulgation des données médicales est un sujet sensible. Rendre de telles informations publiques, a fait débat au parlement. Et selon une récente étude, les Américains sont également réticents à l’idée de transmettre ces données aux entreprises technologiques, au désespoir de ces dernières. En effet, le marché de la santé aux États-Unis représente 8% du PIB et de nombreuses entreprises comme Iodine, ont créé des applications smartphones dans le secteur. C'est en constatant les difficultés auxquelles elles font face, que la société de capital-risque Rock Health, spécialisée dans la santé connectée, a commandité un sondage.

Sur les 4017 personnes qui ont pris part à l'étude en ligne en juillet et août derniers, seules 8% ont affirmé qu'elles partageraient les données relatives à leur santé, comme leur dossier médical ou les résultats de leurs analyses, avec une entreprise technologique. Ils sont plus nombreux, 36%, à expliquer accepter de transmettre ces données à un institut de recherche et une large majorité, 86%, à vouloir les communiquer à leur médecin personnel. Pour les données génétiques, les résultats sont similaires: seuls 9% des personnes interrogées accepteraient de les partager avec des entreprises technologiques.

 8% des personnes accepteraient de partager les données relatives à leur santé avec des entreprises Tech. Source: Rock Health

Les répondants à l’étude ont également précisé s’ils étaient disposés à dévoiler des informations sur leur tension, leur pression sanguine, leurs gènes ou leur pouls par exemple, aux plus grandes entreprises technologiques nominativement. Les résultats sont sans appel : ils sont environ 5% à accepter de les partager avec Google, Apple, Samsung et Microsoft et 2% seulement pour Facebook.

Pour remédier à ce manque de confiance de la part de leurs utilisateurs, les grands noms de la Tech s’associent avec des professionnels de la santé. C’est le cas d’Apple, qui a collaboré avec de prestigieuses universités et instituts de recherche pour lancer Health Kit et Research Kit ou Google qui a annoncé un partenariat avec l’Association américaine du coeur.

 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas