Les drones améliorent les rendements agricoles

Par 17 octobre 2013
Drones et agriculture

Pour adopter une gestion plus économe et efficace en intrants, les agriculteurs sont de plus en plus séduits par des drones domestiques.

Chris Anderson fondateur du légendaire Wired Magazine après avoir quitté sa position de rédacteur en chef s’est mis en tête d’améliorer le rendement des prestigieux vignobles de Napa grâce à des drones faits maison. Inspiré par un premier exemplaire réalisé avec ses enfants à partir de legos et d’un boitier télécommandé, Anderson a lancé sa propre entreprise 3D Robotics visant à apporter l’expertise Big Data aux agriculteurs grâce à des appareils de surveillance aérienne. Grâce à cette nouvelle génération de drones low-cost, tous les exploitants peuvent potentiellement récolter des données en continu pour améliorer la gestion de leurs ressources et augmenter leurs rendements annuels.

Apporter des informations en temps réel

Un drone peut notamment fournir des instantanés infrarouge de champs entiers, permettant de repérer les zones de « stress hydrique » et la croissance végétale des plantes ainsi que les zones atteintes par de possibles maladies. Ces données récoltées et ensuite triées grâce à des outils d’analyse Big Data permettent de mieux organiser les systèmes d’irrigation et d’utiliser les engrais avec précision. En détournant des drones militaires ou récréatifs, les fermiers peuvent mesurer l’état de la photosynthèse grâce à une caméra infrarouge. La principale innovation des drones est d’apporter des prises de vue en continu comme le rappelle Steve Cubbage président de Prime Meridian une entreprise d’analyse de données « Les drones permettent de récolter et de traiter des informations bien plus rapidement que les avions. »

Une industrie à organiser

Face à la complexité du maniement de ces drones, il est plus probable que les agriculteurs aient recours à des sous-traitants ponctuels. Afin d’ordonner les différents acteurs de cette industrie, la Federal Aviation Administration a prévu de publier un ensemble de recommandations régulant l’utilisation des drones d’ici septembre 2015.  La barrière règlementaire en effet est déterminante, jusqu’à présent les fermiers américains ne peuvent expérimenter l’usage de drônes uniquement dans un cadre universitaire. Cette technologie permettrait également de pallier le déficit en agriculteurs alors que la population mondiale devrait représenter plus de 9 milliards de personnes d’ici 2050 représentant un stress supplémentaire pour les cultures vivrières. Grâce à un diagnostic agronomique en continu, les cultivateurs pourront mieux contrôler l’utilisation d’intrants. Selon un rapport de l’Association for Unmanned Vehicle Systems International, l’utilisation de ces drônes pourrait générer des gains de près de 82 milliards de dollars, dont une grande partie devrait être réalisée par le secteur primaire.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas