Duke revisite le travail collaboratif en visitant les univers virtuels

Par 10 octobre 2008
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Une quarantaine d'universitaires auront six mois pour construire un univers virtuel qui prendra aux meilleurs environnements numériques du genre. Pour travailler en groupe, les technologies de l'information sont obligatoires.

Depuis 2 mois, dix-sept étudiants de l'université de Duke réinventent la salle de classe en réinventant les univers virtuels. Tout cela se passe dans le cadre d'un cours logiquement baptisé "Construire des mondes virtuels immersifs". Une quasi-obligation : n'utiliser pour cet exercice que des technologies de pointe. Pour pimenter le tout, l'université américaine s'est associée à un établissement chinois, l'East China University of Science and Technology à Shanghai. Quatorze étudiants y sont impliqués dans cet exercice high-tech, avec douze heures de décalage horaire.
30 000 dollars investis
Très logiquement, la communication se fait donc via des sessions de conférences à distance, Web et vidéo. Technologies visiblement bien implantées à Duke. L'université chinoise a, elle, investi plus de 30 000 dollars dans des micros, des caméras, de l'audiovisuel et des ordinateurs pour mettre ses élèves sur un pied d'égalité. Les professeurs ont décidé de faire avancer la troupe biculturelle avec des techniques d'immersion. Ce qui passe donc par des passages de notes via messageries instantanées, mais aussi de partager des liens vers de vidéos.
30 000 dollars investis
Pas de droit de prendre des notes papier : le Web est fait pour cela. Le travail des étudiants est de rentrer dans les différents univers virtuels disponibles (Second Life, bien sûr, there.com, mais aussi le Club Pinguin et les Sims en ligne), et de repérer ceux qui réinventent les usages. Tout cela doit être documenté par des discussions en ligne et archivé via des films d'animation en 3D filmés dans lesdits espaces numériques. Après s'être fait un avis, les deux équipes auront à construire leur propre univers, avec l'aide de l'outil open-source Croquet. La fin des travaux est prévue pour Noël.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas