Les dynamiques collaboratives donnent sa cohérence au réseau

Par 02 décembre 2010
Mots-clés : Future of Retail, Europe
des noeuds dans un réseau

Après une phase où les membres se rapprochent en fonction de leurs intérêts partagés, des groupes se forment pour générer un équilibre. Modéliser ces évolutions peut s'avérer utile en entreprise.

 

Les réseaux sociaux ne sont jamais ni chaotiques, ni proprement figés, affirme dans une étude* une équipe de scientifiques des universités de Londres et de Southampton. Mais ils répondent plutôt à des dynamiques intrinsèques qui les structurent en permanence pour atteindre finalement un certain équilibre, Les chercheurs ont développé des modèles mathématiques pour étudier l’évolution des liens entre les membres d’un réseau. Résultat des simulations : après une première phase où les membres de la plate-forme se rapprochent en fonction de certains intérêts partagés, des communautés commencent à se former, et viennent peu à peu pondérer le réseau.

Le réseau demeure mouvant, mais se stabilise

Chaque groupe développant une cohérence propre. Ce qui aboutit, à partir des dynamiques générées initialement, à une forme de stabilité. "Le réseau finit par atteindre un équilibre qu’il est possible de mesurer de façon analytique", soulignent les chercheurs. "Cette conclusion n’est pas étonnante : la culture d’une communauté est à peu près stable, en effet", confirme à L’Atelier Arnaud Rayrole, consultant chez Useo, spécialiste des réseaux sociaux en entreprise. "L’idée des plates-formes professionnelles est d’ailleurs d’encourager ce phénomène, en amenant chacun à s’exprimer, à partager, à réagir sur un domaine d’expertise en particulier", note-t-il.

Améliorer les moteurs de recommandation

Pour le spécialiste, cette forme de modélisation des dynamiques communautaires peut s’avérer utile dans le secteur professionnel pour perfectionner les plates-formes collaboratives. "Les moteurs de recommandation doivent intégrer ce caractère évolutif, en analysant les conversations échangées par les membres du réseau, en distinguant ceux dont les contenus sont lus, relayés, recommandés", développe-t-il. Avant de conclure : "cette approche permet de déduire le niveau d’expertise d’un individu, pour mieux le positionner ensuite dans l’espace communautaire".

*“Stability in flux : community structure in dynamic networks”.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas