e-commerce : les enjeux de cyber-comm ou comment lutter contre les «

Par 12 avril 2000
Mots-clés : Smart city, Europe

hackers » Le risque de fraude est connu comme étant le premier frein à la transaction en ligne. La société cyber-comm a rendu public hier sa solution pour sécuriser ces échanges. La Tribune consacr...

hackers »
Le risque de fraude est connu comme étant le premier frein à la
transaction en ligne. La société cyber-comm a rendu public hier sa
solution pour sécuriser ces échanges. La Tribune consacre aujourd’hui ces
deux premières pages à la problématique de la sécurisation des moyens
paiements électroniques. La solution cyber-comm repose sur le SET (Secure
exchange transaction), norme technique à laquelle la société ajoute la
technologie de la carte à puce. Pour que cela marche, il faut connecter un
lecteur de carte au PC en fonction. Cyber-comm a séduit plusieurs grandes
banques françaises (BNP-Paribas, Caisse d’Epargne, Crédit Agricole, CCF,
Crédit Lyonnais, Crédit Mutuel, Société Générale). La société cyber-comm,
détenue à 51 % par ces banques, compte distribuer cette année, 200 000
lecteurs et obtenir un partenariat avec 200 commerçants en ligne. Ces
derniers ne seront peut-être pas les plus difficiles a convaincre. Des
accords sont d’ores et déjà en cours avec de grands distributeurs, ainsi
qu’avec la SNCF. Ce sont en revanche les consommateurs qu’il faudra
séduire. Le coût reste assez conséquent : la sécurité de ces paiements
électroniques vaut 400 francs. Coûtant 200 francs à la sortie d’usine, le
lecteur de carte devrait être mis en vente par les grands distributeurs
pour le double. Au niveau de son développement international, s’il existe
des possibilités en Europe grâce la lente progression de la carte à puce
sur le continent, Les Etats-Unis sont encore très loins de l’idée. Avant
de se munir du lecteur de carte, déjà faudrait-il qu’ils adoptent le
modèle même de la carte à puce. Le projet de cyber-comm se veut cependant
universel D’autres sont à la recherche de solutions parfaites pour enrayer
ce phénomène d’e-piratage. La Sagem travaille avec Bouygues télécom et
les Banques Populaires pour proposer une solution qui contourne le
problème Internet. La solution propose de finaliser les achats par une
carte à puce qui passera par le téléphone mobile.
(Jean de Chambure - Atelier BNP-Paribas - 13/04/2000)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas