E-Démocratie : l'opinion fait le vote

Par 26 mars 2008

L'université de Saragosse élabore un logiciel intelligent permettant de réaliser des scrutins basés non pas sur le système traditionnel mais sur l'opinion des votants.

Donner son avis ne peut se résumer à un simple refus ou une affirmation. Or les systèmes de vote actuels se réfèrent encore majoritairement à ce mode d'interrogation binaire de l'opinion. Le site Selectricity tâchait déjà de répondre à ce problème en lançant un système de vote préférentiel à usage marketing et pour des élections locales. Le projet de recherche espagnol E-Participation, Security and Knowledge Democratization prolonge cette réflexion et s'interroge sur les moyens de mettre au point un système de scrutin basé sur l'opinion des électeurs. Mené par l'université de Saragosse, il développe un système intuitif permettant d'identifier les arguments expliquant une prise de décision par des votants. Puis de les rassembler afin d'obtenir une représentation globale de l'opinion. Et donc de donner la possibilité aux initiateurs d'un vote d'obtenir un résultat justifié. Il sera testé auprès des étudiants en économie de l'université.
Définir des registres d'opinion
Ces derniers seront invités à s'exprimer sur un site Internet sur la mise en place d'un complexe de loisirs à Los Monegros (Aragon), Gran Scala. Ils pourront entrer leur avis en langage naturel selon quatre champs : bénéfices d'une telle opération, coûts, opportunités et risques. Des solutions d'exploitation et d'analyse* des données permettront ensuite de les classer et de tenter de définir des modèles mais également des registres d'opinion semblables entre deux phases de test. Le but étant de faire ressortir une ou plusieurs opinions générales permettant de voir la position d'un groupe par rapport à une idée. A terme, le système devrait être capable de déterminer les raisons ayant poussé un individu ou un groupe à changer d'avis. Selon les responsables du projet, ce mode de sélection et de répartition de l'information s'apparente au modèle de système démocratique connu sous le nom de "e-cognocracy".
Vers une e-démocratie solide
Celui-ci cherche à créer un modèle de représentativité plus ouvert, transparent et équitable. Ce, en s'appuyant sur les ressources proposées par les technologies de l'information. Appliqué à un scrutin d'envergure politique, le dispositif de vérification de l'opinion pourrait en effet s'avérer être un outil intéressant d'e-démocratie. Mais il pourrait également s'appliquer à des fins marketing, notamment par la mise en place de scrutins interrogeant les internautes sur l'efficacité d'une campagne. Reste que le projet, auquel adhère une douzaine de groupes de recherche depuis six ans, est encore théorique : le modèle est en phase de test, et il n'est pas possible de l'essayer.
*ces dernières permettent de délimiter la structure des relations sur un thème donné.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas