E-santé et Internet des objets, en tête des potentielles vagues de piratage en 2014

Par 24 décembre 2013 1 commentaire
hacking

Si l’année 2013 a été épuisante pour les “cyber-défenseurs”, 2014 pourrait voir les secteurs technologiques en développement souffrir de l’acharnement des pirates informatiques.

HealthCare.gov, le site américain renfermant nombre de données personnelles relatives à la santé et figure de proue de l’ “ObamaCare” souffrira d’au moins une violation de données en 2014. C’est en tout cas un des avertissements portés par un rapport de Watchguard. En plus de la dimension politique évidente qui attire nécessairement les hackers, la quantité de données et d’échanges que va générer le dispositif en fait une cible de choix. Des chercheurs en sécurité ont d’ailleurs déjà décelé des tentatives infructueuses de piratage des applications web et souligné des problèmes de sécurité mineurs. Si l’éditeur de solutions de sécurité informatique ne préconise pas la non utilisation du site, la faille sera tout de même nécessairement trouvée par les pirates selon lui.

L’internet des objets, noël des pirates

Montre, voiture, dispositifs de santé ou de bien-être, domotique et maintes applications encore… D’après le rapport, l’internet des objets semble détenir des possibilités illimitées. Et cela sonne comme les douze coups de minuit un 25 décembre pour les pirates informatiques. En effet, l’Internet des objets est en passe de fournir aux hackers une aire de jeux matérialisée par la pluralité des périphériques connectés, selon les experts informatiques. Curieux ou malveillants, les pirates seront nécessairement attirés par le secteur. Depuis quelques temps, les experts en sécurité informatiques auraient prévenu des risques, et le marché semblerait rattraper son retard en la matière du fait de l’émergence prévue sous peu du troisième acte de l’Internet.

Des moyens de défense peu adaptés

Si les failles ont été si soulignées en 2013, ce serait du fait de moyens de défense peu adaptés selon l’étude. En effet, la plupart des entreprises comptent encore sur les pare-feu qui seraient désormais peu efficaces. De plus, ces contrôles de sécurité ne seraient pas configurés correctement. 95% des violations de pare-feu seraient en fait dues à ce type d’erreurs. Enfin, l’abondance de rapport d’erreurs noierait les responsables informatiques sous les informations les rendant incapables de déceler les évènements de sécurité importants. 2014 serait en conséquence l’année du déploiement d’outils de visibilité de la sécurité. Permettant d’identifier rapidement les failles, ces dispositifs devront également mettre en évidence les tendances en matière de sécurité afin d’influer sur la prise de décision en la matière.

 

Haut de page

1 Commentaire

le probleme est au niveau de la legislation plutot ...la peur ne peut pas empecher l evolution.

Soumis par henry beaucejour (non vérifié) - le 25 décembre 2013 à 09h44

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas