E-santé : la prévention ne nécessite pas toujours d'initiatives onéreuses

Par 24 août 2015
E-santé

Un simple programme informatique en libre accès sur internet lancé par l’université de Southampton a permis de réduire le risque de contagion de maladies sur deux hivers... en rappelant les basiques de l’hygiène.

Pas besoin de déployer de grands moyens pour proposer une campagne qui incite les individus à la prévention en matière de maladie ? En tout cas, en ce qui concerne les maladies saisonnières et sous réserve d'un minimum de suivi. C'est ce qu'ont essayé de prouver des chercheurs de l'université de Southampton en Angleterre via leur dispositif PRIMIT. Celui proposait en effet à des participants, via des graphismes assez datés, les basiques que sont le nettoyage de main et les autres conseils pour ne pas attraper de rhumes. Résutat étonnant, le risque d'infection parmi les utilisateurs aura diminué de 14 % sur la période de test.

Plus précisément, les chercheurs ont proposé cette solution à 20 066 participants sur la durée de janvier 2011 et mars 2013. En plus du simple accès au programme, ceux-ci recevaient ensuite un questionnaire pour vérifier si eux-mêmes ou un membre de leur famille étaient malades. En dehors des 14 % ; l'étude met également en évidence que les personnes ayant participé au programme et ayant cette fois été malades étaient 10 à 15 % moins amenés à se voir prescrire des antibiotiques pour traiter ladite maladie.

Selon le professeur Paul Little, à la tête de l'étude, « la majorité des ménages en Angleterre ont accès à internet et cela est devenu une véritable source d'information en cas de pandémie. Cela permet à des programmes tels que PRIMIT de jouer un rôle prépondérant dans la prévention  et ce, à un prix très peu élevé pour les services de santé ».

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas