Les écoles américaines peinent à passer au collaboratif

Par 05 mai 2009

Outre-atlantique, les outils Internet dans les établissements sont perçus par les responsables comme un moyen d'améliorer l'apprentissage et l'enseignement. Leur usage réel reste pourtant l'apanage de quelques privilégiés.

Les écoles américaines sont les pionnières de l'utilisation du Web 2.0 dans l'éducation. Pourtant un rapport du Consortium for School Networking pointe le décalage entre la perception des responsables scolaires de cet outil et son implémentation et utilisation réelles. L'étude montre que les directeurs d'écoles sont conscients des opportunités qu'offre le Web 2.0 dans l'enseignement et l'apprentissage. Mais qu'ils sont passifs dans son utilisation et ne mettent pas tout en œuvre pour pleinement le développer.
 
Un déploiement limité
 
Le problème qui se dégage du rapport est que l'emploi intensif des outils Internet est encore limité à des classes pionnières. Autre point, les proviseurs et principaux rejettent complètement des éléments comme les réseaux sociaux ou les messageries instantanées. De plus, un certain nombre pense que l'accès à Internet doit être limité à des sites d'éducation agréés par l'administration scolaire. L'intérêt principal du Web 2.0est d'être considéré comme une solution pour conserver l'attention et l'intérêt des étudiants dans la classe.
 
Des avantages reconnus
 
Les conseillers d'orientation, eux aussi, dénoncent une exploitationinsuffisante des fonctions collaboratives des applications web de deuxième génération. D'autant qu'ils les voient comme des instruments particulièrement adaptés aux études sociales, la littérature, les sciences et la lecture. Autre point mis en avant, leur mise en place améliore la capacité des élèves de primaire et d'élémentaire à innover. L'étude a porté sur les données fournies par les administrateurs de mille deux cents écoles interrogés sur le rôle des médias digitaux dans les écoles américaines. Cette étude a été financée par la fondation Mac Arthur.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas