L'écosystème d'innovation portugais s'appuie sur le secteur public

Par 23 mai 2012
Mots-clés : Smart city, Europe
Panneau portugal

Au Portugal, le développement d'un environnement propice au développement de startup dépend des institutions publiques qui ont pu diriger les domaines d'investissement. Il n'exclut pas, toutefois, l'investissement privé.

Entretien avec Vasconcelos João, directeur exécutif de Startup Lisboa, un incubateur portugais pour PME qui fournit le mentorat, le coaching, des bureaux et une aide financières aux startup.

Dans quel écosystème les startup évoluent t-elles ?

Notre écosystème d'innovation dépend du secteur public, des universités et des principales entreprises semi-publiques. Ce qui n'est pas mauvais, car au cours des six dernières années, nous avons eu des investissements importants dans les domaines clefs et nous voyons les résultats. Pendant de nombreuses années, l'énergie renouvelable était le secteur prioritaire pour l'innovation et la recherche. Par exemple, EDPR est maintenant la troisième entreprise dans le monde pour l'énergie renouvelable, qui fait concurrence à des entreprises mondiales avec des technologies portugaises. Mais les choses changent. Aujourd'hui, nous avons beaucoup de startup en nanotechnologie, biotechnologie, cleantech, web et mobile qui se développement dans de nombreux incubateurs, comme Startup Lisboa, Instituto Pedro Nunes, UPTEC, Aveiro et Braga. Mais l'écosystème est récent. Les premiers accélérateurs sont arrivés il y a à peu près deux ans, beaucoup des Etats-Unis, grâce à un partenariat entre le Portugal et des grandes universités comme le MIT, Harvard ou Carnegie Mellon. Il y a donc encore des choses à améliorer pour faire face aux difficultés. 

Parmi lesquelles le financement...

La principale difficulté est effectivement de trouver des fonds au Portugal, ce qui représente une opportunité pour les investisseurs étrangers. Mais il y a des organisations qui aident au développement ou au financement des startup. D'abord, les banques. Jusque récemment, elles investissaient seulement dans l'immobilier ou les gros fonds publics. En revanche, aujourd'hui, elles investissent dans les startup mondiales et l'innovation.
Et puis, il y a des fonds dédiés. L'IAPMEI, qui est l'institut public qui soutien les PME, ou le Fonds Européen pour la promotion de l'innovation et de l'entreprenariat qui peuvent être utilisés avec des entités privés, comme Startup Lisboa. 
Enfin, les business angels sont très importants également, et le Président de l'Association des Business Angels européens est portugais. Nous avons donc différents programmes ambitieux pour financier les startup avec un budget d'au moins 100 millions d'euros, investissements publics et privés. Beaucoup de projets en ont déjà bénéficié.

Quels secteurs attirent l'investissement ?

En plus des énergies renouvelables qui restent un secteur de développement fort, le Portugal attire les entrepreneurs du web ou du mobile, du numérique, du tourisme. D'autant plus si les marchés potentiels ciblés sont les pays qui parlent portugais comme le Brésil ou Angola.
C'est aussi parce que le niveau de prix général est encore relativement bas. A Lisbonne, on peut louer un bureau ou un appartement pour 70% moins cher qu'à Londres ou à Paris, ou engager un ingénieur pour 1500 euros par mois. Par ailleurs, il y a beaucoup d'étrangers qui choisissent Lisbonne pour lancer leur entreprise, ou même tester un produit puisque le Portugal ne compte que 10 millions d'habitants, ce qui est peut sembler peu mais c'est intéressant pour un marché test. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas