Ecosystème : les raisons du succès de l’entreprenariat danois

Par 25 juillet 2016
Danemark

Excellence de l’éducation, bienveillance de l’administration, startups à portée internationale sont les ingrédients de la performance business du pays de Borgen, le Danemark. Décryptage.

Dans la famille des ecosystèmes favorables aux entrepreneurs, je demande le Danemark, qui occupait en 2015, la première place du classement Forbes des « best countries for business ».

Pays de design et de technologie, de Bang et Olufsen mais aussi de Vestas, aussi un des plus gros fabricants d’éolienne du monde, le Danemark est souvent cité en exemple, par non moins que Bernie Sanders et Hillary Clinton.

L’esprit d’entreprise encouragé par un système éducatif à la pointe

Si on se penche un peu sur ce qui fait que la Danemark est un pays favorable au business, on découvre un certain nombre de signes culturels favorables à l’innovation. Tout d’abord, le système éducatif danois est plutôt performant. Dans la dernière étude Pisa, le Danemark est devant la France. L’éducation est gratuite et surtout, valorise très tôt le travail en équipe et l’esprit d’initiative. Et ses valeurs se retrouvent dans le monde professionnel, où l’échec est accepté. La qualité du système éducatif trouve aussi son origine dans les universités, avec la Technical University of Denmark qui forme 10 000 étudiants qui viendront ensuite nourrir les rangs des entreprises danoises.

Un terreau propice au développement des startups, qui peuvent compter sur des professionnels qualifiés et compétents sur place. Rappelons au passage que les langages de programmation C++, PHP et plus récemment Ruby on Rails, sont tous issus du travail d’ingénieurs danois.

Par une administration bienveillante

Dans cet esprit d’entreprendre, les pouvoirs publics jouent aussi un rôle important, avec une administration efficace et disponible pour les entrepreneurs. Une entreprise au Danemark est créée avec un minimum de documents et un capital nécessaire d’une couronne danoise - l’équivalent de 10 centimes d’euros, et en moins de 5 minutes au Danemark.

Et comme souvent dans les pays de petite taille, le Danemark comptant moins de 6 millions d’habitants, le développement à l’international est un passage obligé complètement intégré dans la culture business des danois.

Des stars internationales, sur des marchés porteurs

On pourrait penser que les startups danoises pèchent par un choix de noms imprononçables. Que nenni ! Elles sont promises à un destin international, et sont baptisées en conséquence. Notons la licorne JustEat - actionnaire d’Alloresto, qui rencontre un certain succès à Londres, dans le secteur de la restauration livrée à domicile. Une autre star de l’ecommerce, mais cette fois-ci, spécialisée dans l’avis client, TrustPilot, qui a levé 80 millions de dollars l’an dernier. A côté de ces 2 énormes succès, on peut aussi citer Tradeshift, SiteImprove, Falcon Social et l’application Vivino, que les amateurs de vin apprécieront.

Et ces exemples créent une certaine émulation : le nombre de création de startups a été multiplié par 3, depuis l’an dernier. Et comme souvent le succès appelle le succès, les VC sont enfin au rendez-vous. L’an dernier, 65 startups ont reçu 280 millions de dollars d’investissement de VC mondiaux, mais aussi locaux comme Sunstone, ou encore Northcap et Seed Capital.

Et tout ce petit monde se retrouve désormais, dans des espaces de coworking, qui n’ont rien à envier à Berlin ou aux voisins de Stockholm, comme Rocket La, Founders House ou encore le Startup Village, dans le quartier d’Islands Brygge.

On l’a compris : une ambiance propice à l’entreprenariat. Et si on vous dit qu’en plus d’être pro-business, le Danemark est un pays qui se classe dans les top 3 des pays où il fait bon vivre ?

 

Retrouvez la version audio, dans L'Atelier numérique sur BFMBusiness

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas