Ecrans tactiles : les vibrations reproduisent le clavier

Par 27 mars 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

L'université de Glasgow simplifie l'utilisation des claviers des téléphones à écran tactile en reproduisant la sensation du contact des touches. Ce, grâce à des vibrations d'intensité différente.

Les téléphones portables à écrans tactiles, iPhone en tête, ouvrent la voie à la vidéo et à l'image sur mobile. Et tendent à faire du texte le parent pauvre de ces appareils multimédias : l'utilisateur n'ayant plus de contact avec un véritable clavier, il lui est plus difficile de se repérer dans les touches et de se rendre compte d'éventuelles erreurs de dactylographie. Les seuls repères, visuels et auditifs, n'étant pas suffisant si l'utilisateur est en mouvement ou dans un environnement bruyant. Pour rendre les claviers tactiles plus précis, l'université de Glasgow lance une solution qui utilise la vibration pour reconstituer la sensation du contact avec le périphérique. Le système, intégré au mobile, consiste en une série de commandes vibrotactiles qui déclenchent de légères vibrations lorsque l'utilisateur passe le doigt sur les touches virtuelles. Des vibrations qui permettent, annoncent les chercheurs, de reproduire en termes de sensation les reliefs des boutons du clavier. Et donc de donner la possibilité à l'individu de se repérer comme sur un clavier traditionnel.
Reproduire le contact des touches
Concrètement, le système central se déclenche quand le propriétaire du téléphone active la fonction clavier. Des flux électriques d'intensité et de vitesse différentes sont alors envoyés par rétroaction au moment où l'utilisateur presse une touche. Preuve de la réactivité du système : il suffit d'une pression de trente millisecondes pour l'actionner. Ce dernier a été développé dans un premier temps uniquement sur iPhone. Le combiné dispose en effet d'un écran tactile à pression, mais qui enregistre l'action réalisée par l'utilisateur au moment où ce dernier enlève son doigt de l'écran, et non pas au moment où il le pose sur la touche. Un système considéré comme perturbant par les usagers : même s'ils ont appuyé sur la bonne touche, il suffit que leur doigt dévie légèrement au moment où ils le soulèvent pour que le contact avec une autre touche soit enregistré. "Il y a une véritable contradiction dans l'iPhone", estime Stéphane Dubreuil, directeur Télécoms et Médias chez SIA Conseil.
iPhone vs Blackberry ?
"Il se veut le téléphone multimédia par excellence et néglige pourtant la fonction texte. Les options mail et SMS sont ainsi beaucoup moins utilisées sur l'iPhone que sur les autres mobiles", ajoute-t-il. D'où l'intérêt du dispositif développé par Glasgow, qui permettrait de donner au clavier un meilleur confort d'usage. Et l'enjeu est loin d'être négligeable : "le système pourrait permettre à Apple de parvenir à son but : remplacer les smartphones avec claviers dans le monde de l'entreprise", juge le responsable médias. Les autres téléphones à écran tactile pourront également intégrer le dispositif. "Si le système fonctionne vraiment, il pourrait réhabiliter l'usage du texte sur ce type de combinés", estime ainsi Stéphane Dubreuil. Un usage intéressant pour les fabricants d'écrans tactiles sur le marché européen : le continent est en effet très friand de SMS. Pour preuve, le nombre impressionnant de messages échangés à l'occasion des célébrations comme la nouvelle année : 50 millions en France pour la Saint Sylvestre 2008.
Mathilde Cristiani

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas