L’éducation connectée, alliée des parents et des professeurs

Par 13 janvier 2015 1 commentaire
Le elearning efficace et bien vu

À l’université ou dans la prime enfance, l’usage des nouvelles technologies dans l’apprentissage serait bien mieux considéré qu’il a pu l’être. Et les possibilités offertes sont immenses si l’on en croit deux études parues récemment.

Souvent dénigré, l’usage des nouvelles technologies dans l’apprentissage serait-il en réalité bénéfique ? Deux nouvelles enquêtes dans deux domaines différents tendent à le démontrer. L’institut GfK associé au Joan Ganz Cooney Center, un lab indépendant axé sur l’éducation, a ainsi interrogé plus de 1 500 parents américains à propos de l’usage des technologies dans l’apprentissage de leur(s) enfant(s) de 2 à 10 ans. De son côté, l’Imperial College London a voulu saisir l’efficacité de ces techniques pour les étudiants en médecine. Deux domaines en apparence éloignés mais qui se reposent de plus en plus sur les outils du e-learning. Les deux enquêtes mettent en lumière l’importance grandissante de ces techniques mais en cela, le constat n’est pas surprenant. En revanche, elles soulignent un autre aspect : l’apprentissage connecté offrirait de nombreuses possibilités et seraient de mieux en mieux considéré. Les parents et les acteurs de l’éducation semblent avoir dépassé les quelques idées reçues sur des élèves collés aux écrans sans rien apprendre.

Le e-learning loin d’être décrié

L’enquête de GfK pointe ainsi pour la première fois la vision positive qu’ont les parents des nouvelles technologies éducatives. Plusieurs études avaient déjà souligné à quel point les étudiants et les élèves étaient de plus en plus enthousiastes pour ces outils mais restait à savoir comment les parents les perçoivent. La majorité des parents a une bonne vision de ces outils alors même que près de la moitié du temps sur écran des enfants – 44 % – est passé sur des médias éducatifs. 52 % pensent même que leurs enfants apprennent “énormément” grâce à la télévision éducative qui reste en tête des médias utilisés par les plus jeunes. Mais la définition d’un jeu, questionnaire, ou programme éducatif est assez variable. 11 % des parents interrogés considèrent ainsi le lancer d’oiseaux sur cochons verts d’Angry birds comme “éducatif” voire “très éducatif”. Au-delà de ces quelques chiffres surprenants, l’enquête souligne à quel point les parents sont bien plus enthousiastes qu’on le penserait pour cette éducation “à la maison” : 71 % des familles non-anglophones interrogées estiment par exemple que les programmes éducatifs ont aidé leurs enfants à maîtriser l’anglais.

Toujours plus de possibilités malgré les obstacles

Les parents se réjouissent également de l’influence de ces programmes sur le comportement de leurs enfants. Ils sont plus de la moitié (54 %) à indiquer que leurs enfants lancent des discussions, posent des questions ou engagent des activités grâce à ces outils éducatifs. Et plusieurs startups veulent les utiliser pour détecter d’éventuels troubles. Du côté de l’enseignement supérieur, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) voit dans ces programmes connectés le moyen d’étoffer le nombre de professionnels de santé sur le globe. Aussi cherche-t-elle à promouvoir ces médias. Selon un rapport établi avec l’Imperial College London, les experts soulignent l’efficacité et l’immense opportunité offerte par l’e-learning. Selon eux, il manquerait dans le monde plus de 7 millions de professionnels de la santé. “Les programmes d’e-learning pourraient potentiellement aider à réduire le manque de spécialistes de la santé en permettant un plus grand accès à l’éducation tout spécialement dans les pays en développement dans lesquels le besoin pour plus de professionnels est le plus important.” explique le docteur Josip Car. Cela étant, le professeur de santé publique souligne un point crucial pour l’éducation connectée : la nécessité d’un accès à des ordinateurs, à internet et aux ressources de l’apprentissage en ligne. Un défi loin d’être gagné selon le rapport et c’est sans doute une des raisons qui a poussé Bruxelles à investir vers l’école connectée.

Haut de page

1 Commentaire

Un article très intérressant sutout dans le domaine de la santé.
Cela est une opportunité aussi pour l'enseignemant dans les zones rurales hors des grandes aglomérations.
En revanche, qu'en est-il dans le domaine du e-learning et de la formation professionelle continue ?

Soumis par aegidus (non vérifié) - le 14 janvier 2015 à 12h23

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas