Les élèves participent au cours par mobile

Par 06 mai 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

mInteraction permet aux élèves d'interagir avec leur maître de conférence directement via leur téléphone portable personnel. Un nouvel outil pédagogique aux applications diverses.

Les téléphones s'immiscent dans les salles de classe, non comme éléments perturbateurs mais en tant qu'outils pédagogiques. C'est notamment le credo qu'a choisi le professeur en technologies de l'information Richard Raban de l'université technologique de Sidney UTS. Ce dernier a développé et expérimenté une technologie d'interaction nommée mInteract mettant à contribution les portables personnels des élèves. Présenté comme un outil à la fois d'enseignement et d'apprentissage, le système consiste en une application en ligne accessible depuis le web mobile. Via le site de mInteract et le logiciel dédié, les étudiants peuvent ainsi répondre à des tests de connaissance soumis par le professeur pendant un cours ou encore exprimer leur degré de satisfaction quant aux contenus d'apprentissage. Un usage qui s'inscrit toutefois dans une logique d'appui au cours magistral et non comme un mode d'évaluation à part entière.
Méthode pédagogique interactive
"L'aspect positif d'une telle application est qu'elle répond à une demande des étudiants; elle permet notamment de prendre leur avis pour faire évoluer les apprentissages", explique Laurent Lima, ingénieur d'étude en science de l'éducation, au laboratoire des sciences de l'éducation de Grenoble. Testé auprès d'élèves de l'université australienne, les retours obtenus par les concepteurs du système se sont avérés globalement positifs. Les étudiants utilisateurs auraient ainsi désigné mInteract comme une méthode nouvelle, intéressante et amusante. "L'impact de la nouveauté peut avoir un effet positif sur la motivation des étudiants", nuance Laurent Lima qui ajoute que "ce phénomène s'émousse toutefois avec le temps". Les créateurs australiens mettent par ailleurs l'accent sur la possibilité d'évaluer les réponses de l'ensemble des élèves interrogés pendant le cours. Leur logiciel permet en effet de générer des tableaux statistiques rendant compte des résultats globaux de la classe. "Nous leur avons montré des graphiques représentant leurs réponses à une même question avant et après le cours, ce qui a suscité de nombreuses réactions", constate Richard Raban.
Apprentissages instantanés
Pour Laurent Lima, s'il est important pour les élèves d'avoir conscience qu'il ont appris quelque chose - les questions posées en fin de cours ont démontré une évolution positive des résultats - les effets bénéfiques de cette méthode restent ponctuels. "Cela marche sur des contenus pédagogiques très précis. Ce mode de communication est instantané et correspond donc à des apprentissages instantanés", souligne-t-il. L'ingénieur d'étude grenoblois évoque en outre l'usage d'une telle technologie comme un moyen d'impliquer plus fortement les élèves dans le cadre du cours. "Il y a une demande des élèves à être plus impliqués, et c'est l'un des avantages notables de ce type de dispositifs qui permettent aux plus réticents de s'exprimer". Pour lui, une solution telle que mInteract pourrait par exemple devenir un moyen par lequel les élèves pourraient poser des questions à leur enseignant. Le logiciel, encore objet d'étude et de développements, est actuellement testé auprès des enseignants de l'UTS.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas