EMI fait pression sur Apple pour appliquer des tarifs variables à la musique sur iTunes

Par 17 novembre 2005
Mots-clés : Smart city, Europe

Steve Jobs l'a dit : en essayant d'augmenter les prix de la musique en ligne, les industriels du secteur font preuve d'avidité et risquent d'inciter les internautes à se tourner vers le...

Steve Jobs l'a dit : en essayant d'augmenter les prix de la musique en ligne, les industriels du secteur font preuve d'avidité et risquent d'inciter les internautes à se tourner vers le téléchargement illégal. Du côté des maisons de disques, on a bien l'intention d'emporter la partie, n'en déplaise au patron d'Apple.

Apple pratique sur son iTunes Music Store une politique de tarif unique : 0,99 dollar le morceau. Ainsi, l'offre est on ne peut plus claire pour le consommateur. Mais les ventes de musique en ligne explosent littéralement, et les maisons de disques ont l'impression qu'elles pourraient tirer plus de profits de ce marché en plein essor en proposant les morceaux les plus récents et les plus téléchargés à un prix supérieur. Les plus anciens ou les moins téléchargés pourraient quant à eux être proposés un peu moins cher.

Jusqu'ici, Steve Jobs a tenu bon, mais ne se serait-il pas finalement rangé aux arguments des maisons de disque ? Alain Levy, PDG d'EMI, a déclaré hier lors d'une conférence de presse à Londres qu'il avait rencontré Jobs et que ce dernier avait accepté l'idée d'instaurer une politique de prix multiples. Provocation ou révélation ?

Pour le moment, aucune réaction d'Apple n'est venue confirmer ou infirmer cette déclaration qui paraît quelque peu surprenante, vu la détermination avec laquelle Jobs défendait l'idée du tarif unique.

EMI n'est pas seul à faire pression sur Apple, dont l'augmentation des tarifs pourrait être suivie par les autres acteurs de la musique en ligne. Sony BMG, Warner Music Group et Bertelsmann sont également partisans d'une tarification proportionnelle au succès.

(Atelier groupe BNP Paribas - 17/11/05)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas