Empiler les données pour gagner de l'espace de stockage informatique

Par 22 avril 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
Stockage de données

Des chercheurs ont réussi à superposer des couches de données afin de gagner de l'espace sur les disques durs. Reste à savoir si les industries seront prêtes à investir dans cette solution.

Depuis l'arrivée du premier disque dur en 1956, l'augmentation de la capacité de stockage n'a cessé d'être une préoccupation, étant donné les besoins sans cesse croissants. L'idéal étant de pouvoir stocker plus sans agrandir la taille du disque. C'est exactement cette recherche qu'a menée Jérôme Moritz, magnéticien et chercheur au CNRS, à Grenoble. Les espaces de stockage des disques durs sont constitués d'une multitude de grains magnétiques composés de bits de données. Dans les années 90, les chercheurs ont découvert que la réduction de la taille de ces grains pouvait aider à augmenter l'espace de stockage. Plus petits, ces grains pouvaient aussi être plus nombreux sur un même espace. Problème: leur taille très réduite les rend instables, donc difficilement utilisables pour stocker des informations.

Créer des couches complémentaires

L'équipe de Jérôme Moritz a utilisé le concept de pattern media, qui consiste à découper les couches de grains magnétiques en cubes, offrant une structure stabilisatrice. Actuellement, les grains de stockage informatique sont assemblées de couches continues, c'est-à-dire les unes au dessus des autres. Mais le signal des couches inférieures perd en intensité. Jérôme Moritz a réussi à optimiser la densité et l'intensité du signal magnétique des grains au moyen de la superposition de couches, soit une couche perpendiculaire et l'autre longitudinale. La densité des bits des grains magnétiques est doublée et le signal garde une intensité constante puisque aucune couche ne se trouve en dessous d'une autre. Le procédé a fait l'objet d'un dépôt de brevet.

Une avancée pour la recherche

"En tant que scientifique, mon objectif est de faire avancer la recherche. Mais aujourd'hui, même les solutions dites 'pattern media', c'est-à-dire la solution de regroupement de grains magnétiques par cubes, n'ont pas été adoptées par l'industrie. Cela coûterait en effet trop cher à produire" explique Jérôme Moritz à l'Atelier. Le scientifique tempère en expliquant que des techniques actuelles de lithographie par nanoimpression permettent tout de même de dupliquer vite et bien les réseaux de plots magnétiques des disques durs. Mais pour le moment, la solution de Jérôme Moritz et son équipe reste trop coûteuse pour convaincre entreprises et industries.

 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas