Energie : pour diffuser l’innovation, il faut d’abord comprendre les communautés

Par 29 mars 2013
Communauté

Savoir comment se propage l'innovation au sein d'une communauté d'individus serait la première étape vers l'implantation de stratégies d'économie d'énergie.

Un modèle mathématique, présenté par l'université de Bath dans une étude publiée dans le SIAM Journal, a montré que la décision ou la motivation d’adopter une technologie est basée, en plus des préférences individuelles, sur l’adoption de celle-ci par un cercle social et les interactions sociales entre les membres de ce cercle. L'intérêt de ce modèle est qu'il pourrait s'appliquer directement sur les communautés physiques, et même sur les voisinages dont les propriétés ne sont pas encore connues avec précision, et pourraient ainsi permettre aux scientifiques d'évaluer les moyens d'influer sur l'adoption de technologies s'appliquant au domaine énergétique.

La propagation de l’innovation via les communautés

Le modèle s’appuie en fait sur des précédents modèles de diffusion en y intégrant des facteurs sociologiques. Celui-ci s'appuie ainsi sur un système d’individus (ou de ménages) qui sont représentés par des nœuds dans le réseau. Chaque nœud a un statut indiquant si l’individu a adopté l’innovation ou non. On observe alors que l’adoption des technologies est influencée par deux facteurs: l’utilité de l’innovation perçue par l’individu – y compris des jugements subjectifs – ainsi que les obstacles à l’adoption, tel que le coût. L'utilité totale perçue est dérivée d'une combinaison d'avantages personnels (profit intrinsèque à l’individu du produit) et sociaux (nécessité de s’adapter due à l’influence du groupe et de la société). L'individu adopte l'innovation lorsque l'utilité totale perçue l'emporte sur les obstacles à l'adoption. La présence d'un degré élevé de connexions communes dans le réseau semblerait propager l’innovation avec succès.

Adopter ces technologies pour réduire la consommation d’énergie

L'influence des réseaux sociaux sur le comportement est déjà bien connue mais pas encore dans le domaine de la politique énergétique. Pourtant, la propagation de l’innovation via le réseau pourrait accélérer le changement de comportement. Les autorités locales pourraient alors adopter ce modèle pour favoriser l’adoption de technologie d’efficacité énergétique dans le secteur domestique. Car à l'heure où les autorités locales ont des ressources extrêmement limitées, des outils pour identifier les interventions qui auront le plus grand impact en termes de réduction de la facture énergétique des ménages et des émissions de carbone pourraient être une immense valeur pour les villes, les communes et communautés. L’objectif de modéliser l’impact des réseaux sociaux dans l’adoption des technologies de l’énergie, était de contribuer à réduire la consommation d’énergie par les villes qui utilisent plus des deux tiers de l’énergie mondiale, et sont responsables de plus de 70% des émissions totales de C02.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas