L'engouement pour les jeux sociaux ralentit doucement

Par 15 mai 2012
L'engouement pour les jeux sociaux ralentit doucement

Les modules ludiques sur les réseaux sociaux devraient connaître une fréquentation en stabilisation. La cible devrait changer : moins de femmes, un peu plus d'hommes.

Les jeux dits sociaux vont connaître un ralentissement de leur croissance aux Etats-Unis, souligne une étude de Franck N. Magid Associates. 38 % des utilisateurs de réseaux sociaux ont ainsi déclaré en mars 2012 jouer régulièrement à ce type de modules ludiques, contre 36 % l'an dernier. Autre chose : la dépense moyenne est désormais de 51 dollars en moyenne par an, contre 78 l'année d'avant. Et un peu plus d'un tiers des joueurs ont également annoncé s'apprêter à moins dépenser cette année, contre un peu moins d'un cinquième qui estime au contraire mettre plus d'argent pour jouer. Le rapport souligne aussi un changement dans le public impacté : l'usage de jeux sociaux serait ainsi en baisse auprès du public qui était jusqu'à présent le principal, soit les femmes entre 12 et 44 ans.

Des usagers en mutation

Aujourd’hui, elles sont moins de 43% de joueuses de 12 à 17 ans (contre 54% en 2011) et environ 36% âgées de 25 à 44 ans (40% en 2011) sur une base hebdomadaire. Malgré ces résultats, on constate qu’environ 2/5 des usagers des réseaux sociaux sont des adeptes des jeux proposés par ces réseaux (un chiffre en légère hausse par rapport à 2011). On observe en effet que des augmentations substantielles du nombre de joueurs  des jeux sociaux en ligne, ont eu lieu dans les groupes plus âgés. Les hommes entre 45 et 54 ans connaissent une augmentation du nombre de joueurs de 15%  (9% pour les femmes de la tranche d’âge) et ceux âgés entre 55 et 64 ans, une hausse de 9% (10% pour les femmes de la tranche d’âge) par rapport à 2011.

Une consommation en augmentation pour le jeu sur console

Tandis que sur les réseaux sociaux les joueurs prévoient de réduire les sommes d'argent qu’ils consacrent aux jeux, ceux qui utilisent les consoles indiquent au contraire qu'ils vont augmenter leurs achats de jeux vidéo adaptés. Un engouement qui serait dû au fait que désormais, il est possible d'acquérir des jeux en ligne pour jouer sur les consoles connectées. De l'aveu même des amateurs, l'accès en ligne conduit en effet à dépenser plus. Les contenus téléchargeables, souvent des extensions de jeux vidéos sont achetés par environ un tiers des joueurs de consoles. Le budget moyen qu’un joueur y consacre s’éléve à 50$. L’an prochain, ces dépenses devraient s’étendre à 45% des joueurs. Ce pourcentage comprend les personnes qui par le passé n'ont pas acheté des contenus téléchargeables, mais qui en prévoient l'achat dans un avenir proche.

 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas