Entre un internaute et un autre, seulement 4,7 degrés de séparation

Par 25 novembre 2011
Mots-clés : Smart city, Amériques, Asie, EMEA
milgram

Les six degrés de séparation du théorème de Milgram ne seraient plus que 4,7. Un constat qui s'explique aussi par un changement d'époque. Il ne peut toutefois pas s'appliquer aux pays où le réseau reste peu développé.

Recourir à des réseaux sociaux peut se révéler intéressant pour mettre à l'épreuve des théories sociales. Des chercheurs employés par Facebook ont ainsi apporté des précisions au fameux théorème de Milgram, en utilisant un graphe modélisant le schéma des relations sur leur plateforme sociale. Celui-ci se base en fait sur une base de données de 500 000 utilisateurs (5000 utilisateurs primaires, plus 100 amis de chacun de ces utilisateurs). A partir de celle-ci, les chercheurs sont parvenus à établir le degré de séparation entre deux contacts pris au hasard. Pour Milgram, ce degré de séparation est de 6 contacts. Selon la nouvelle étude, il ne s’agirait en fait que de 4,7 contacts.

Un changement dans les outils de mesure comme dans la société elle-même

Pour les chercheurs, ce résultat se justifie de plusieurs manières. Tout d'abord, les outils de mesure eux-mêmes sont bien plus précis qu'ils ne l'étaient dans les années 1960. D'autre part, l'autre explication tient à l'évolution des relations sociales, qui tend à "faire rétrécir" l'environnement social. Par le biais des sites collaboratifs, de plus en plus de personnes se rencontrent, entrent en contact, sans forcément bien se connaître au préalable. Le nombre de contacts augmente donc mécaniquement, et la distance moyenne entre deux personnes diminue par là même. En conséquence, le constat valable dans les années 60 ne l'est plus aujourd'hui.

Une distance qui dépend en partie de la proximité spatiale et sociale des contacts

Un autre constat mis en évidence par les chercheurs est la relation étroite entre distance physique et séparation minimale entre deux personnes. C’est-à-dire que, comme on pouvait s'en douter, le degré de séparation se réduit lorsque l'on se centre sur un pays particulier (3,7 par exemple, pour l'Allemagne ou l'Italie). Un phénomène qui se reproduit lorsque les deux contacts ont sensiblement le même âge. Notons toutefois que l'étude manque d'informations quant au degré d'adoption de Facebook dans les pays étudiés, critère de nature à influer sur les résultats de l'étude. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas