[Impact²] L'entrepreneuriat social stimule la création de nouveaux business models

Par 22 mai 2014
Call4team

Hier se tenait la troisième édition d'Impact². L'Atelier y a rencontré Sokha Hin, créateur de la communauté Call4Team qui vise à promouvoir l'innovation collaborative.

L’entrepreneuriat social était à l'honneur hier dans les salons de l’Hôtel de Ville parisien. La Maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé la couleur d'entrée de jeu: "Je veux faire de Paris la capitale de l'innovation sociale”. Avec plus de 2,4 millions de personnes qui travaillent aujourd'hui au sein d'entreprises sociales, l'entrepreneuriat social représente un enjeu décisif pour l'emploi et la croissance. Il représente aujourd'hui 10% du PIB et devrait fortement progresser d'après Nicolas Hazard, Président du Comptoir de l'Innovation. De nombreuses initiatives ont été présentées. Parmi elles, L’Atelier a repéré Call4Team. Lancée en Janvier 2014 et réunissant déjà plus de 200 personnes, Call4Team a mis en place une plate-forme d'innovation qui a pour but de "réunir des experts, des talents, des compétences qui ont envie collectivement de partager leurs savoir-faire avec des personnes qui ont des idées ou des projets" nous explique l'un de ses créateurs, Sokha Hin

Un business model collaboratif

Celui-ci, ingénieur de formation, a décidé voici deux ans de quitter "la grosse entreprise" pour rejoindre l'écosystème parisien des startups. Après quelques expériences dans cet univers, il se rend compte de certaines failles. "J’ai vécu l'entrepreneuriat et ses difficultés et c'est de là que m'est venue l'envie de faciliter l'accès à l'innovation". La structure qu'il a mise en place cherche à faciliter les échanges et la création en abolissant la frontière souvent rébarbative de toutes les démarches administratives de la création d'entreprise. De nombreux porteurs de projets craignent en effet de se lancer dans l'entrepreneuriat à cause des risques engendrés. Ainsi, Call4Team propose un nouveau modèle économique. Les innovations sont développées par une communauté d'usagers, financées par des campagnes de crowndfunding et protoypées dans les Fablabs parisiens. Call4Team s'occupe alors de la commercialisation moyennant une commission de 33% à 50% (selon le produit ou le service). La startup se rémunère également via des rétro-commissions sur les campagnes de crowndfunding et une commission sur la distribution. Elle étudie actuellement un nouveau modèle juridique pour rémunérer les différents contributeurs dans le projet.

Encourager le "Crowd Making"

Pour l’heure, ces contributeurs - jeunes diplômés, chômeurs, retraités - ne sont pas rémunérés mais “c’est la priorité”, explique le fondateur.  D’autant plus que la conception du premier projet collaboratif démarre le mois prochain pour un lancement prévu en septembre. Pour Sokha Hin,  Call4Team incarne "le passage du Crowd Sourcing au Crowd Making". Call4Team crée, anime des communautés d'usagers, gère la co-création, produit et commercialise les projets, "il y a un réel partage de la valeur dans notre démarche", ajoute le créateur. Pour l’instant, la puériculture, l’usinage du bois et la musique sont les grands secteurs les plus attirés par ce concept mais l’objectif est de densifier les compétences et d’étendre d’ici septembre l’effectif à 5000 personnes. Ici, le rôle d'Internet prend tout son intérêt facilitant ainsi la mobilisation d'une communauté nationale et internationale et permet l'ouverture sur le marché. "Call4Team souhaite développer une place de marché des produits innovants sur le web" conclut Sokha.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas