Les entrepreneurs issus de Stanford sont plus performants pour lever des fonds

Par 07 décembre 2012
étudiants le jour de leur diplomation

Au cours des quatre dernières années, les entrepreneurs issus de six universités ont levé plus de 12 milliards de dollars de fonds. Leurs entreprises se comportent différemment selon leur localisation ou leur secteur d'activité.

Le prestige des universités dépend de différents facteurs, et une étude appelée The University Entrepreneurship Reporta comparé la performance des alumni d’universités américaines en fonction de leur comportement entrepreneurial. CB Insights a rassemblé des données sur six institutions dont les diplômés ont créé ou dirigent une entreprise et les a classées selon les fonds qu'ils ont pu lever. Un total global de 12,6 milliards de dollars répartis sur 559 opérations financières. L’étude a également identifié à quel secteur appartenaient les entreprises de chaque université ainsi que la « fidélité des anciens ». Ce dernier terme désigne le pourcentage d'anciens qui sont restés, ou de start-up qui ont été créées, dans la région de leur alma mater.

La majorité des entreprises créées appartiennent au secteur technologique

C'est l'université de Stanford qui a bénéficié du plus de fonds : 4,1 milliard de dollars sur 203 opérations entre 2007 et 2011. Harvard se classe seconde avec 3,8 milliards de dollars pour 212 opérations, si l'on inclut Facebook, mais si l'on ne compte que les anciens, le total n'est que de 1,8 milliards. La troisième place est occupée par les anciens de l'UC Berkeley, avec 1,3 milliards de fonds récoltés par les anciens, sur 90 opérations, suivie par l'université de New York, l'université de Pennsylvanie et le Massachusetts Institute of Technology. Ce sont surtout les entreprises des secteurs technologiques et de logiciels qui ont récolté des fonds, arrivant en première place dans chaque université aussi bien en termes de nombre d'opérations que de montants (entre 42 et 74% des opérations et de 64 à 97% des montants). Les anciens de Berkley ont reçu le plus de financement dans le secteur de l’industrie et de l’énergie (47%). Les startups liées à la santé représentent également une part importante du volume d’opérations pour toutes les universités.

En Californie et à New York, les entreprises sont restées locales

Ce sont les universités de Californie qui s'en sortent le mieux pour garder leurs anciens à proximité, grâce probablement au fait qu'elles sont axées sur la technologie et proches de la Silicon Valley : 85% des anciens de Stanford et 88% des anciens de l'UC Berkeley ont établi leur entreprise dans le même État. Il en va de même pour ceux de l'université de New York : 70% des entreprises ont été créées à New York. Vient ensuite le MIT avec 59% des entreprises dans l'État d'origine. Les performances d'Harvard et de l'université de Pennsylvanie dans ce domaine sont plus mauvaises : pas plus de 35% des entreprises de leurs anciens ont été établies respectivement au Massachusetts et en Pennsylvanie.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas