En entreprise, les médias sociaux servent à communiquer et recruter

Par 29 avril 2011
Mots-clés : Future of Retail, Europe
Réseaux sociaux

Disposer d'une page Facebook ou d'un compte Twitter se banalise pour passer des messages, entrer en discussion avec l'internaute et recruter. Mais trop peu de compagnies réalisent encore une veille de leur réputation.

La tendance est à la mise en valeur de la prise en main des médias sociaux par les entreprises : dans une étude, Eurocom Worldwide souligne que la moitié des sociétés interrogées annoncent posséder désormais une page Facebook. Quatre sur dix possèdent un compte sur LinkedIn ou Twitter et un peu plus du tiers sont présentes sur YouTube. Côté fréquence d'utilisation, un quart des sociétés se rend quotidiennement sur le site de miccroblogging, et une entreprise sur cinq actualise sa page Facebook tous les jours. Enfin, près de 40 % des entreprises prévoient d’augmenter leurs investissements dans les médias sociaux au cours de l’année à venir. A noter également qu'elles se servent aussi de ces canaux de communication pour leur recrutement.

Recruter

Près de 40 % des entreprises du secteur des nouvelles technologies consultent les profils des candidats sur les réseaux sociaux. En plus du profil LinkedIn, consulter la page Facebook d'un futur employé permet à l'employeur de déterminer si le profil de celui-ci est en adéquation avec le poste à pourvoir, révèle l'enquête. Malgré ces précédents constats, il semblerait que la majorité des entreprises ne saisit pas toutes les opportunités qu'offrent les médias sociaux en termes de communication client, et d’augmentation de la notoriété et du leadership. En effet, pour tenir un blog d’entreprise, un cadre sur quatre estime manquer de temps, trois sur dix d’intérêt et près de deux sur dix avouent n’y avoir jamais pensé.

Du mal à blogguer ?

"Pourtant, l’intérêt d’un blog d’entreprise est essentiel du seul point de vue du référencement", explique Mads Christensen directeur du réseau Eurocom Worldwide. Il tempère cependant en disant que "cette activité représente un investissement de taille. Il vaut mieux donc s’abstenir plutôt que de ne pas être à la hauteur en terme de qualité du contenu ou de fréquence de mise à jour".Enfin, côté gestion de sa e-réputation, notons qu’à peine un tiers des sociétés interrogées a mis en place une procédure formelle pour savoir ce qui se dit à leur sujet sur la Toile. Or, note le directeur du réseau, "la première phase du déploiement d’une campagne sur les médias sociaux consiste pour une entreprise, à être à l’écoute de ce qui se dit sur ses services ou produits". L'étude a été menée auprès de plus de 660 dirigeants d’entreprises du marché high-tech dans plus de trente pays

 

 

 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas