Les entreprises allemandes commencent à regarder du côté du Big Data

Par 31 décembre 2012
Big Data

L'investissement dans des solutions permettant d'analyser et traiter un nombre important de données est de plus en plus considéré comme important. Notamment pour mieux cibler la clientèle et les offres.

L'étude The Digital Universe soulignait récemment qu'en 2012, ce sont 2,8 zettaoctets de données qui devraient être générés. Mais qu'un infime pourcentage de ces informations serait analysé et sécurisé. Logiquement, le nombre d'entreprises qui tiennent déjà compte de l'importance de maîtriser ce fameux Big Data est lui aussi faible. Pourtant, les enjeux sont loin d'être négligeables, autant pour mieux connaître leurs clients, prévoir les demandes, mieux assurer sa sécurité, mettre au point de nouveaux modèles d'affaire... Selon le Fraunhofer Institute for Analysis and Information Systems, qui a mené une étude sur le sujet auprès de quatre vingt deux entreprises allemandes, ces dernières semblent avoir pris conscience de la nécessité d’investissements dans le Big Data, mais aussi des bénéfices qu’elles pouvaient en dégager.

Plus de compétitivité et de productivité

Pour quasi sept sur dix d'entre elles, il y a en effet un intérêt en matière de compétitivité, quand plus de 60% parlent d'une hausse des ventes, et 55% une meilleure productivité et une réduction des coûts. Pour celles qui s'apprêtent à passer le pas ou qui l'ont fait, la priorité est de mettre au point des solutions améliorant le ciblage publicitaire (55%), améliorer la perception de la marque (53%) et proposer des solutions d'ajustement de leurs prix de façon plus dynamique (45%). Quant aux raisons qui font que beaucoup n'ont pas encore amorcé de quelconque investissement est d'abord la crainte de failles sécuritaires et des questionnements sur la préservation des données.

Un tiers non intéressées

Pour 43%, il s'agit aussi d'un manque de budget et de la nécessité de miser sur d'autres priorités. Près de 80% parlent de niveau de connaissance et de maîtrise à améliorer. Reste qu'un tiers n'avoir ni le budget ni le souhait de se tourner vers de telles solutions. A noter que le Fraunhofer a mené ce projet avec le ministère de l'Economie et des Technologies. Celui-ci consiste en une étude internationale basée sur des cas d'entreprises, un questionnaire envoyé à l'échelle nationale, et la mise d'ateliers de travail. Une plateforme sera inaugurée au mois de mars 2013, et qui permettra à terme aux entreprises de voir ce qu'elles peuvent envisager avec les données dont elles disposent.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas