Les entreprises allemandes twittent de bon coeur

Par 04 septembre 2009
Mots-clés : Future of Retail, Europe

En Allemagne, l'utilisation du site de microblogging n'est plus un phénomène isolé. Son utilisation reste cependant encore très maladroite.

Outre-rhin, Twitter devient un outil de communication comme un autre. C’est que montre un sondage réalisé par les agences Zucker.Kommunikation et Blatterwald auprès d’une cinquantaine de sociétés allemandes et de filiales de grands groupes internationaux en Allemagne. "Le nombre de sociétés à utiliser Twitter a sincèrement constitué une surprise pour nous", commente un des responsables de l’étude. Ces entreprises affichent une moyenne honorable de plus de 600 "Followers", soit des suiveurs - sur le site de microblogging et elles en suivent environ 300 en retour. Cinq d’entre elles ont plus d’un profil, qu’elles utilisent pour des produits spécifiques ou pour atteindre une cible en particulier.
Un média à part entière
En Allemagne Twitter n’est plus considéré comme un média de seconde classe, chaque entreprise envoie ainsi en moyenne plus d’une dizaine de tweets par semaine. Les entreprises ont bien compris que Twitter devait être avant tout un outil de dialogue, et la moitié des messages envoyés le sont pour établir un contact direct avec un autre membre du réseau social. Pour le reste, un tiers de ces messages sont des annonces de l’entreprise et un peu moins de 20% sont des messages publicitaires. À noter cependant que les sociétés référencées au DAX (l’indice boursier de référence allemand) sont deux fois plus susceptibles d’utiliser Twitter pour y faire de la pub, au détriment du dialogue.
Mais un outil encore mal utilisé
Malgré ces chiffres encourageants, les sociétés allemandes ont encore des progrès à faire dans l’utilisation du média social. La grande majorité des sociétés (80%) postent de manière anonyme (c’est à dire au nom de l’entité, sans indication personnelle). Ce n’est pas étonnant quand on sait que le cinquième à peine des profils examinés était géré par une personne unique. Dans la même veine, plus de 80% des tweets n’étaient pas adressés personnellement à leur destinataire. Les entreprises continuent donc d’appliquer sur Tweeter les mêmes techniques d’envoi groupés qu’elles sont habituées à utiliser partout ailleurs.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas