Les entreprises australiennes misent sur la virtualisation et les Green IT

Par 24 avril 2009 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

En temps de crise, les compagnies ne réduiront pas les dépenses accordées à ces postes. Au contraire. Ces solutions permettent en effet d'envisager des réductions futures de coûts et une meilleure gestion des projets.

Selon les pays, les stratégies ne sont pas les mêmes pour sortir de la crise. En ce qui concerne les entreprises, l'un des points communs reste cependant l'investissement dans les technologies et l'innovation. L'Australie ne dépare pas de ce tableau : le Gartner annonce que les compagnies continueront à investir massivement dans les infrastructures de virtualisation des data centers et les green IT cette année. La moitié des personnes interrogées prévoit même une augmentation du budget alloué à ces postes entre 2008 et 2009. Le but ? "Les infrastructures high-tech représentent la plus grosse opportunité pour conduire des changements opérationnels et minimiser les coûts.
Green IT = futures économies
"Il est clair que des solutions comme la virtualisation aideront les compagnies à surfer sur la vague de la morosité ambiante et à savoir se positionner avant la reprise", explique Matthew Boon, vice-président du Gartner. Et d'expliquer qu'en investissant dans des projets verts, les entreprises parient sur une réduction de leur consommation énergétique et de leur empreinte carbone. Autant de résultats qui promettent des économies et une meilleure image publique. En marge des data centers, la moitié des entreprises s'intéressera également de près aux solutions de web et vidéo conférence, aux outils de collaboration et à la voix sur IP.
Les autres secteurs de dépenses en baisse
Les solutions d'informatiques dans les nuages ne devraient pas encore connaître d'envolée spectaculaire. Selon le Gartner, cette stagnation s'explique par un manque de connaissance globale de ces applications. Les autres dépenses technologiques connaîtront elles une baisse de croissance globale. Elles sont en effet considérées comme moins prioritaires que les investissements dans la virtualisation et les technologies vertes. Un quart des personnes interrogées explique ainsi que son entreprise a supprimé certains investissements relatifs aux nouvelles technologies depuis octobre 2008. Pour réaliser son étude, le Gartner a interviewé une centaine de responsables des dépenses technologiques.

Haut de page

1 Commentaire

Pour tout savoir sur la virtualisation http://www.virt-now.com

Soumis par virt (non vérifié) - le 06 mai 2009 à 11h00

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas