Les entreprises doivent intégrer la technologie à un business model vert

Par 25 septembre 2009
Mots-clés : Smart city

La prise en compte de l'environnement n'est plus optionnelle pour les sociétés, qui ont à adapter dès à présent leur fonctionnement. Web 2.0 et solutions mobiles leur faciliteront la tâche.

Les sociétés doivent anticiper le basculement lié au changement climatique et adapter leur modèle d’affaire. C’est en substance le message d’un rapport du cabinet Arthur D. Little. Et les nouvelles technologies les y aideront. "Grâce à elles", expliqueà L'Atelier Davide Vassolo, directeur chez Arthur D. Little, "les entreprises industrielles vont pouvoir développer un modèle d’affaires plus centré sur les services que sur les produits". Le secteur des télécommunications jouera un rôle critique dans cette redéfinition, via les applications mobiles. Le web 2.0 peut aussi les y aider. "En concentrant les centres de traitement des données dans les nuages, le cloud computing permet aux entreprises d’économiser de l’énergie", ajoute Davide Vassolo.
L’informatique dans les nuages pour réduire les dépenses énergétiques
Centraliser la maintenance des usines, contrôler et transmettre automatiquement les données concernant la qualité de l’eau : les exemples ne manquent pas. Les investisseurs aussi auront leur rôle à jouer, souligne le rapport. Respect de l’environnement et profitabilité sont non seulement compatibles, mais même corrélés. "Les compagnies classées au ECPI Carbon Winners Equity index* surclassent de 20 % la moyenne du marché en termes de performance financière", affirme ainsi Davide Vassolo. L’utilisation de cleantechs est donc favorisée par le marché. En ce qui concerne la sensibilisation au changement, les auteurs du rapport sont formels : dans l’ensemble, les entreprises sont conscientes du problème et des enjeux. Cela n’est pourtant pas suffisant. "La question qu’il convient de se poser, c’est comment gérer le risque et maximaliser les opportunités", affirme Davide Vassolo.
Impliquer dirigeants et salariés sera crucial
Pour l’instant, les entreprises voient ce changement comme trop coûteux. Beaucoup sont encore dans l’attente", constate-t-il. Le prix de la tonne de CO2 sera un facteur de changement décisif. Pour l’instant il est bas, mais "les entreprises ont tout intérêt à anticiper sa montée", prévient Chris Smith, manager senior chez Arthur D. Little. Attention cependant, envisager un changement qui s’appuierait uniquement sur les technologies ne sera jamais suffisant. "La vraie clé du problème, ce sont les gens", prévient Davide Vassolo."Il faut un leadership fort sur la question et impliquer managers et salariés". La question des mentalités se posera aussi : "Le télétravail limite les déplacements des salariés, mais les entreprises y sont-elles prêtes ?", s’interroge Chris Smith.
* Un indice qui répertorie les entreprises les plus efficaces dans leur gestion des émissions de CO2, par rapport à leur industrie

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas