Les entreprises doivent s'adapter aux risques des médias sociaux

Par 13 novembre 2009
Mots-clés : Digital Working

Les médias sociaux connaissent un succès grandissant auprès des entreprises. Ils représentent néanmoins une menace pour les réseaux dont les systèmes de sécurité s'avère encore inadaptés.

L'utilisation des médias sociaux par les entreprises est en constante augmentation. C'est ce que constate un rapport de l’éditeur de logiciels de sécurité Palo Alto Networks. Selon ce dernier, le nombre de sessions Twitter a presque quadruplé depuis début 2009, et le nombre d'utilisateurs de Facebook a pratiquement triplé dans la catégorie professionnelle. Et si beaucoup d'entreprises se refusent encore à employer ces médias et autres applications dites 2.0, la transition entre utilisation personnelle et professionnelle se fait de plus en plus vite et de plus en plus fréquemment. Mais, comme le souligne l'étude, l'adoption massive de ces nouveaux moyens de communication contribue à la mise en péril de la sécurité. Notamment pour la plupart des entreprises dont l'infrastructure informatique et les politiques d'usage obsolètes ne peuvent protéger efficacement des attaques.
S'adapter aux nouvelles attaques
Les médias sociaux et autres applications Web 2.0 sont reconnus pour leurs points forts : enrichissement des moyens de communications, réduction des coûts et facilité d'accès. D'autant plus facile qu'ils peuvent être utilisés, d'après le rapport de Palo Alto Networks, comme vecteurs de propagation de nombreux logiciels malveillants et autres fichiers infectés. Par exemple Koobface, Fbaction ou encore Boface, qui peuvent pirater les comptes et informations personnelles via Facebook. « Il serait naïf de penser pouvoir maîtriser ces risques avec des systèmes de sécurité habituels et non adaptés », affirme Rene Bonvanie, vice président marketing chez Palo Alto Networks.
Tenir compte des risques
"Les utilisateurs professionnels de ces médias doivent adopter une nouvelle approche en matière de contrôle et de réglementation d'accès", ajoute-t-il. Autre facteur déterminant : la présence de jeunes employés, récemment embauchés, au sein d'une organisation. Toujours selon Palo Alto Networks, la majorité de ces derniers, généralement familiarisés avec ces outils, ne prennent pas en compte les risques qu'ils représentent. A noter que ces recherches sont à prendre pour ce qu'elles sont, puisque dirigées par une entreprise spécialisée dans le développement de logiciels de sécurité, plus précisément des pare-feu.  

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas