Les entreprises high-tech toujours à l'assaut de la Bourse

Par 09 juillet 2009

Malgré la crise, le secteur de la haute technologie est l'un de ceux qui réalisent le plus d'introductions en Bourse. Et plus particulièrement celui des télécommunications.

Même si la conjoncture économique est agitée, les entreprises de haute technologie restent attractives : ce secteur reste un des leaders en ce qui concerne le nombre des introductions en Bourse (IPO), souligne Ernst & Young dans une étude. Selon le cabinet, les secteurs les plus actifs de ce début d'année sont ceux des télécommunications, des finances, et des matériaux. Ils représentent soixante-dix pour cent du total des capitaux levés dans le monde. Côté télécommunications, Vodafon Catar a notamment réalisé la troisième plus grande opération du premier trimestre 2009.
Une hausse d’entrées en Bourse
Il a levé près de un milliard de dollars. En ce qui concerne les régions les plus actives, Ernst & Young souligne le dynamisme de la Corée du sud, suivie de la Chine et du Canada. Plus globalement, le cabinet rappelle que les introductions en Bourse sont reparties à la hausse au deuxième trimestre. "Les entreprises qui ont survécu au stress test ont révélé le fait qu'elles disposaient de bases commerciales solides", affirme Gil Forer, responsable des introductions en Bourse chez Ernst & Young.
Une récupération difficile
"Les bons résultats du deuxième semestre ont ravivé l’intérêt des sociétés pour les entrées en Bourse". Néanmoins, le contexte reste tendu. La reprise économique pourra prendre du temps et ne sera pas la même selon les régions. "La fréquence des  introductions suit les tendances macroéconomiques, généralement avec un temps de décalage", explique Gil Forer. "Historiquement, les marchés mettent au moins quatre à six semestres pour rebondir après une contraction de l’économie".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas