Dans les entreprises, le réseau social passe à l'open source

Par 25 mai 2010 2 commentaires
Mots-clés : Digital Working

eXo propose aux entreprises une plate-forme communautaire dont le code source est en accès libre. Une solution qui leur donne la possibilité de développer leurs propres applications et d'en garder le contrôle.

Dans les entreprises, le 2.0 prend une forme de plus en plus concrète avec la mise en place de plates-formes de partage, des fils de discussions, des réseaux sociaux… La solution proposée par eXo se distingue en ceci qu'elle est open source. Intégrée à l'infrastructure existante d'une entreprise, elle proposera un panel d'applications dont le code source sera entièrement accessible. "Cet outil va démocratiser et fluidifier la communication entre les hiérarchies d'une entreprises. L'open source va rendre l'information transparente", explique à l'Atelier Miguel Membrado, fondateur et directeur général de Kimind Consulting. Les salariés d'une entreprise se retrouvent ainsi au coeur du développement et de la conception d'un réseau communautaire fait sur mesure, pour eux. "Ils  vont avoir la possibilité de répondre aux  besoins de l'entreprise en créant leurs propres applications", précise-t-il.
Les salariés deviennent acteurs de l'évolution du réseau
Le concept de base reste classique, avec des conversations instantanées, un mur d'actualité, la possibilité d'échanger des fichiers et des mails. Chaque salarié possédant son propre profil qu'il peut gérer à sa guise. Il sera également possible de mettre en place de nouveaux groupes ou de mettre à jour son statut, en sachant que les flux seront personnalisables en fonction des individus, des groupes, ou même des applications. Par ailleurs, on pourra accéder à des outils comme Google Analytics qui permettront de voir les données concernant un nouveau produit, par exemple. L'ergonomie et la construction de la plateforme en open source doivent permettre à chaque salarié d'être un acteur actif et non plus passif de l'évolution du réseau communautaire.
Le service informatique garde le contrôle
Cependant, "il revient à l'entreprise de faire appel à un service informatique ou à un intégrateur pour aider à la programmation informatique qui n'est pas connue par tous", comme le souligne Miguel Membrado. Car si l'open source est un avantage pour les salariés, c'est également le risque d'un accès illimité et la modification de toutes sorte d'informations. C'est pour éviter ce genre de débordements, l'outil permet de mettre en place des paramètres d'accessibilités spécifiques à chaque groupe de travail et aux différents dossiers. Une liberté d'action et de regard qui reste donc limitée et sous contrôle. Autres dispositifs proposer par eXo, un annuaire regroupant tous les salariés en vue de faciliter la recherche de l'un d'entre eux ainsi la que collaboration professionnelle.

Haut de page

2 Commentaires

Après le contre-exemple de Facebook, je pense que de plus en plus de sociétés vont créer leur propre réseau. Il y a d'autres solutions open source comme par exemple Drupal Commons, Elgg, Buddypress et bien d'autres. En fait, pratiquement tout les acteurs open source ECM vont proposer leurs modules "réseaux sociaux".

Soumis par Christophe (non vérifié) - le 26 mai 2010 à 15h50

Bonjour,

Nous travaillons également sur un CMS/ECM qui aura la particularité de permettre l'interaction entre le web et la téléphonie automatisée.

Nous hésitons à ouvrir le code de notre application.

Non pas parce que nous craignons le modèle open source (bien que la technologie employée soit uniquement du Microsoft) mais plutôt par crainte que le projet soit dénaturé. Etant donné qu'il s'agira d'une solution principalement SAAS, ca exige un niveau de qualité très élevé, en conséquence, même en open source, nous ne pourrions pas forcément intégrer toutes les évolutions en provenance de a communauté.

L'open source c'est bien mais il faut souvent "finir" les applications (c'est vrai que ce ne sont que des détails mais ils sont souvent déterminants dans le succès d'une application).

Bref, oui il y a des solutions mais elles nécessitent quasiment toujours l'intervention de développeurs. Nous faisons en sorte que notre plateforme de services répondent aux attentes des fonctionnels plutôt que des développeurs. Pour le reste, ce ne sont que des briques logicielles qu'on peut ajouter à n'importe quel CMS...

Merci pour les publications de l'Atelier qui sont toujours très pertinentes.

Bonne continuation

Laurent Jordi
www.innovacall.com

Soumis par Laurent Jordi (non vérifié) - le 30 mai 2010 à 22h59

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas