Pour les entreprises, la rumeur du web est une pub permanente

Par 29 septembre 2009
Mots-clés : Digital Working

Tinker affiche par thème les conversations en cours sur les médias sociaux. Un flux qui permet de mesurer sa popularité et que les sociétés peuvent intégrer à leur site. Marketing oblige, le contenu est filtré en amont.

StepRep propose déjà aux entreprises de surveiller leur réputation sur le web, et même sur les médias sociaux. Pour permettre aux compagnies d'exploiter ces conversations, Glam Media a mis au point un système qui agrège et organise les messages postés par les internautes sur une marque ou un produit. Ce, sur Twitter, Facebook, FriendFeed, et des plates-formes d'échange de photos et de vidéos. Jusque là rien de neuf. Ce qui est intéressant, c'est que Tinker peut être intégré au site d'une société sous forme de widget, pour que ses visiteurs aient un retour direct de leurs pairs. Mais aussi pour qu'ils puissent intervenir dans ces conversations depuis ce même site.
Créer du buzz directement sur son site web
Selon les responsables du projet, le but est de faciliter l'interaction avec et entre les clients. A noter que le contenu affiché est modéré : les marketeurs filtrent en amont les commentaires négatifs. Ils peuvent notamment bloquer certains mots-clés et supprimer les messages inappropriés ou hors sujet. Autre chose : Tinker permet de filtrer la recherche en affichant préférentiellement l'auteur, un lieu, ou certaines photos et vidéos. Et avoir du coup un flux plus précis sur le sujet. Les entreprises qui n'intègrent pas le widget à leur site peuvent l'utiliser comme outil de veille de réputation classique.
Mesurer la réaction
"Tinker agrège dans un même endroit les avis positifs et négatifs des internautes, permettant de répondre d'une manière plus efficace à la demande du client", explique à L'Atelier Claire Higgins, directrice Marketing chez Glam Media UK. D'autre part, l'application permet aux marketeurs de mesurer le temps et la qualité de la réaction à un buzz. Une dernière fonction modérée par Grégory Pouy, directeur de communication chez Vanksen. "Des services similaires existent déjà", explique t-il à L'Atelier. "L'astuce ici, c'est que l'application peut être utilisée pour accompagner des téléconférences afin d'étendre la couverture d'un évènement et relier les audiences".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas