Des environnements ubiquitaires sensibles aux émotions

Par 11 décembre 2009
Mots-clés : Smart city

Les villes et maisons connectées doivent prendre en compte les émotions humaines. Une équipe travaille sur des systèmes de capteurs capables d'analyser l'ensemble des indicateurs émotionnels : visage, gestes, voix...

Les émotions humaines font partie des éléments que les environnements dits intelligents - maisons connectées, villes ubiquitaires - doivent prendre en compte. Des chercheurs des universités de Maurice et de Franche-Comté travaillent sur un projet visant à définir les critères pour y parvenir. Selon eux, le système idéal devra combiner la reconnaissance des expressions faciales, des mouvements corporels, des gestes de la main et de l’expression orale. Comment le faire ? Via des capteurs : depuis l’analyse vidéo à l’utilisation de microphones en passant par les détecteurs de chaleur pour reconnaître la posture du corps. L’ensemble des données récoltées devra ensuite être analysé et classé.
Un champ de capteur très large
Les chercheurs ont donc élaboré plusieurs classifications d’émotions humaines typiques, de telle sorte qu’elles puissent être reconnaissables par un ordinateur. Par exemple, la colère se caractérise par une durée de temps relativement courte, des changements de tempo fréquents, des mouvements dynamiques et tendus, etc. Les données recueillies par chaque capteur devront être analysées séparément puis combinées et comparées avec une base de données. Le système sera ainsi capable d’identifier l’état émotionnel de la personne avec laquelle il interagit. Les chercheurs notent qu’il est probable que les capteurs identifient des émotions différentes.
Des scénarios pour évaluer les différentes émotions possibles
Pour éviter toute confusion, il leur apparaît donc nécessaire de "pondérer" ces résultats. C’est à dire que le système devra être capable de considérer le contexte de l’interaction, par exemple en observant l’environnement ou en fonction de scénarios prédéfinis. Jusqu'à présent, la plupart des tentatives qui ont été faites ne privilégiaient pas l'approche multimodale adoptée par l'équipe. Mais, souligne cette dernière, ne s’appuyaient que sur une ou deux méthodes. Un nombre qui s’avère insuffisant pour permettre de catégoriser efficacement les émotions humaines.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas