En Equateur, le haut débit sera certainement mobile

Par 08 mars 2011
Réseaux Equateur

Des prix élevés, et un réseau fixe de qualité médiocre et peu étendu favoriseront le développement de réseaux 3G+ dans le pays.

Pour connecter le pays en haut débit, c'est vers les réseaux 3G+ que les opérateurs se tournent en Equateur, souligne Pyramid Research dans un rapport. La raison ? La qualité médiocre des réseaux fixes, qui empêche de tabler dessus, mais aussi les prix élevés et une couverture encore très limitée. Pour les chiffres, le taux de pénétration de l'Internet fixe en bas débit n'était que de 14,5 % dans le pays, contre une moyenne de près de 17 % dans la région. Et celui du haut débit ne dépasse par les 3 %, alors que la moyenne régionale est au-delà de 7 %.

Le mobile largement diffusé

Par contraste, le taux de pénétration du mobile avait lui dépassé les 107 % l'an passé en termes de souscriptions. Du coup, le combiné pourrait bien être le meilleur moyen de résoudre l'insatisfaction des utilisateurs en termes de connectivité, souligne le rapport. "Les opérateurs Porta, Movistar et Alegro sont tous du coup en train de travailler activement à des réseaux en haut débit comme une alternative au fixe", commente Eulalia Marin-Sorribes, analyste pour le cabinet.  

Des objectifs difficiles à atteindre

Reste que plusieurs obstacles doivent être dépassés pour y parvenir : "malgré un manque de pénétration des réseaux fixes, et bien que les marchés du haut débit et de la TV à la demande laissent présager une croissance importante, l'écosystème reste compliqué en termes de régulation, et la compétition limitée", regrette l'analyste. Avant de conclure : "cela devrait empêcher la croissance de dépasser un certain seuil".  

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas