ERPsim, et le progiciel de gestion intégré devient un jeu

Par 18 août 2009 2 commentaires
Mots-clés : Smart city, Europe

L'Université d'économie de Gothenberg utilise dans ses programmes un serious game tourné vers l'informatique. Avantage : il forme les étudiants aussi bien au PGI qu'au monde de l'entreprise.

Les Sim's recréent le monde. ERPsim récrée le monde l'entreprise via un progiciel de gestion. L'Université d'économie de Gothenberg est la première université d'Europe de l'ouest à proposer ce système. Conçu par HEC Montréal, il simule le fonctionnement d'une entreprise en se basant sur le progiciel de gestion développé par l'Allemand SAP. Le jeu est basé sur une compétition entre quatre ou cinq équipes. Les étudiants gèrent la fabrication et la mise sur le marché des céréales. Ils doivent notamment acheter les matières premières. Et ils doivent ensuite les ensacher, les stocker et les vendre sur le marché, selon un choix de trois canaux de distribution.
Travailler dans des conditions réelles
Travaillant dans des conditions proches de la réalité, les étudiants prennent leurs décisions en fonction du comportement des consommateurs et des réactions du marché. Par exemple, pour l'approvisionnement en matières premières, ils doivent tenir compte de la fluctuation des taux d'intérêt, du prix des matières premières, de la qualité des récoltes... Le logiciel ERPsim génère automatiquement les processus de la vente, notamment les commandes et les livraisons. En adaptant les prix et les achats et en faisant des prédictions sur l'avenir du marché, les étudiants doivent atteindre le maximum de rentabilité dans un nombre de trimestres prédéfini.
Atteindre le maximum de rentabilité
L'équipe qui obtient l'entreprise virtuelle la plus profitable est désignée gagnante. "Les étudiants ont la possibilité d'expérimenter les ressources d'un système ERP tout en s'exerçant à la prise de décision stratégique, explique Pierre-Majorique Léger, professeur à HEC Montréal. Et ce, dans le contexte de gestion d'une entreprise en temps réel, dans un environnement économique donné". Des universités suisse, allemande et russe se sont également montré intéressées par le concept. Quand aux étudiants de l'Amérique du Nord ils l'utilisent depuis 2005.

Haut de page

2 Commentaires

maximum de rentabilité et maximum de chiffre d'affaires ... pas forcément compatible ... il serait bien que l'article ait un peu de discernement sur le sujet... sinon on va penser que les articles de l'atelier (que j'aime beaucoup au deumeurant...) sont traités à la legèreNostra culpa, il y a bien confusion dans les termes. Nous avons modifié les phrases incriminées.
Cordialement,
La rédaction

Soumis par graveline (non vérifié) - le 18 août 2009 à 23h17

Cela à l'air très intéressant, et on ne peut que se demander quand est ce que cela arrivera en France

Soumis par Lucie (non vérifié) - le 25 janvier 2010 à 10h58

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas