Les essaims de robot s'inspirent des mobiles

Par 06 août 2008
Mots-clés : Smart city

L'ECS développe des nuées de mini systèmes robotisés fonctionnant grâce à un moteur habituellement intégré à nos téléphones portables. Un dispositif peu coûteux qui rend ce type de robotique très accessible.

Une nouvelle plate-forme de développement de robots regroupés en essaim a été développée par une équipe de chercheurs et d'étudiants de la University of Southampton's School of Electronics and Computer sciences (ECS). Le projet a permis l'élaboration d'une plate-forme comprenant vingt-cinq mini robots ayant chacun une autonomie de deux heures, et étant assez performants pour pouvoir décoder des algorithmes complexes. Pour parvenir à ce résultat, l'équipe s'est inspirée des technologies habituellement appliquées aux téléphones portables. Ainsi, les robots embarquent des moteurs qui initialement sont utilisés pour faire vibrer les mobiles. Ils sont ici intégrés au circuit électronique du système robotisé, ce qui représente un processus de fabrication simple, qui incorpore le processus de production classique.
30 euros par système robotisé
Cette technique évite donc d'avoir recours à un assemblage manuel, procédé habituel pour ce type de système. Cela permet de baisser le coût de production des mini robots, et de les rendre accessibles à des projets de recherche sans budget faramineux : chaque organisme artificiel reviendrait à vingt-quatre livres sterling, soit un peu moins de trente-deux euros. "C'est un réel avantage pour nos recherches", commente Klaus-Peter Zauner, membre du projet. "Nous pourrons bientôt travailler avec les mêmes constructeurs de circuits électroniques que d'habitude, qui vont pouvoir produire massivement des systèmes déjà entièrement fonctionnels, sans avoir à modifier leur chaîne de production".
Tester les conditions physiques réelles
Les plates-formes de robots formés en essaim sont employées à diverses applications. Elles servent entre autres à observer et comprendre les comportements de masse, via des simulations physiques. Car contrairement à un simple logiciel, une nuée de mini robots peut être soumise à des contraintes physiques, et les chercheurs peuvent observer leurs réactions en conditions réelles. Ce qui laisse imaginer à terme l'utilisation de ces systèmes dans des environnements à risque : en extérieur, à la suite de tremblements de terre ou encore dans le domaine des sciences de l'espace. A noter : ces robots sont présentés aujourd'hui au cours d'une conférence sur l'intelligence artificielle à Winchester.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas