Si elle était une grande découverte, Mathilde Ffrench se rêverait l’Amérique du Sud

Par 11 juin 2015
Mathilde Ffrench

Portrait de Mathilde Ffrench co-fondatrice d’Echinopsii. La start-up veut aider les utilisateurs à mieux aborder leur environnement numérique.

Si j’étais un compte Twitter ? Mathilde Ffrench : @laquadrature pour les questions qu’ils soulèvent. Nous sommes dans un environnement que l’on ne comprend pas toujours et eux font un super travail pour l’expliquer.

Si j’étais une grande découverte ? L’Amérique du Sud parce qu’il faut que j’y aille !

Si j’étais un échec du numérique ? En fait, le propre des échecs c’est qu’on ne s’en souvient pas.

Si j’étais une figure emblématique de la tech ? Richard Stallman. C’était un développeur des années 1980 qui a créé la GPL [Licence publique générale qui fixe l’usage et la diffusion des logiciels, ndlr]. Cela a permis de booster l’innovation.

Si j’étais un domaine à disrupter ? Les interactions homme-machine. Plus généralement tout ce qui peut aider à comprendre l’environnement numérique.

Si j’étais un site web ? Je pense à un vieux site des années 2000 avec des articles sur la science-fiction et le futur. C’était génial mais j’ai oublié le nom.

Si j’étais un objet connecté ? Certainement pas une montre. Ce serait bien de créer un objet connecté pour mesurer l’intensité de la neige pour le snowboard. Cela éviterait beaucoup de chutes… 

Si j’étais un événement tech ? Le Fosdem. C’est gratuit et on apprend plein de choses. D’autant que c’est à Bruxelles donc il y a plein de bonnes bières.

Si j’étais un livre ? Global Techno [de Jean-Yves Leloup, ndlr]. C’est un gros bouquin qui fait voyager partout dans le monde en faisant découvrir tous les aspects de la musique électronique.

« J’ai un profil assez techos » affirme Mathilde Ffrench lorsqu’on lui demande de se présenter. Ce sont peut-être ses quatre ans passés en tant que software engineer qui lui font dire cela. Toujours est-il que c’est animé par cette passion pour le numérique, que la jeune femme co-fonde Echinopsii désormais associée à Open dans le cadre de son accélération au WAI. À travers le projet en open-source Ariane, cette start-up tente de cartographier les projets et outils du digital pour mieux les appréhender. Rendre le numérique plus accessible en somme. Un leitmotiv qui se retrouve dans le portrait de l’entrepreneure.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas