Etats-Unis : Les spammeurs ne sont pas intimidés par la nouvelle loi

Par 13 janvier 2004

Les dispositions prises par le gouvernement américain pour lutter contre le spam (les courriers indésirables) avaient pourtant fait grand bruit... Même si la loi n'est en vigueur que depuis le 1er ...

Les dispositions prises par le gouvernement américain pour lutter contre le spam (les courriers indésirables) avaient pourtant fait grand bruit… Même si la loi n’est en vigueur que depuis le 1er janvier, les premiers bilans de ses effets sur le volume du spam ne sont pas des plus brillants. La peine de cinq ans de prison que les spammeurs risquent désormais ne semble pas les avoir détournés de leur activité.

Les chiffres du cabinet spécialisé Brightmail révèlent qu’avec 58 % des courriels reçus par les internautes considérés comme des spams, la loi n’a pas endigué le fléau. Jusqu’ici, pas de grande surprise. Par contre, ce qui était moins prévisible est que la loi, justement, aggrave la situation et renforce la puissance des spammeurs. De quelle manière ?

Le texte juridique a dû fixer un cadre de définition du spam, qui a nécessairement eu pour effet la légalisation d’un certain nombre de courriers non sollicités. Aujourd’hui, les e-mails commerciaux dont le nom de l’expéditeur et l’objet sont précisés sont considérés comme légaux. Une décision au niveau fédéral qui annule celles prises auparavant par les différents Etats. La Californie, par exemple, avait voté des lois bien plus strictes sur le spam. La loi fédérale vient les adoucir, et élargir le cadre d’action des spammeurs.

Si la réponse au spam ne vient pas du cadre juridique, il faut espérer qu’elle viendra de la technologie. Pour l’instant, pas de solution miracle de ce côté-ci. Les technologies de filtrage des e-mails non sollicités sont contournés par les spammeurs, qui modifient les titres de leurs messages pour que ceux-ci ne soient pas repérés, par exemple.

En outre, le fournisseur d’accès à Internet (FAI) AOL a remarqué que le nombre de spams provenant de l’étranger et à destination des messageries électroniques de ses utilisateurs avait augmenté de 10 %. Un taux qui révèle que les spammeurs ne sont pas près de se trouver à court d’idées lorsqu’il s’agit de contourner la loi et de diffuser leurs messages.

( Atelier groupe BNP Paribas –13/01/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas