Ethernet : le passage au 100 Gigabits se concrétise

Par 28 novembre 2008
Mots-clés : Digital Working

Plusieurs sociétés du monde des réseaux s'associent pour développer un Ethernet capable d'atteindre 100GbE. Objectif : répondre aux forts besoins en bande passante de la communauté scientifique.

Internet2, ESnet, Infinera, Juniper Networks et Level 3 Communications : ces sociétés spécialisées dans le développement d'équipements de télécommunications viennent d'annoncer qu'elles allaient collaborer en vue du développement d'une nouvelle capacité de transmission Ethernet, le 100 Gigabits. A terme, ce dernier devra remplacer la capacité dédiée qui est pour le moment de 10 GbE. Laquelle sera bientôt saturée étant donné les très forts besoins en bande passante de la recherche scientifique et autres domaines avancés : physique nucléaire, télémédecine, recherche climatique etc. "De nos jours, les chercheurs ne travaillent plus dans des laboratoires de quartier. Ils collaborent à l'échelon international", souligne Rob Vietzke, directeur des services réseau chez Internet2.
Physique nucléaire, télémédecine ou recherche climatique
"Ces énormes flux de données nécessitent une amélioration des capacités réseaux. Notre objectif est à cet égard d'abolir les limites géographiques ou les besoins en bande passante". Pour atteindre une telle capacité de réseau et la rendre opérationnelle, un banc d'essai de 100 GbE sera d'abord mis en place sur les réseaux  déjà existants d'Internet2 et ESnet. Parallèlement, Internet2 a signé un accord avec Level 3 Communications dans le but de déployer un nouveau réseau national. Pour ce développement, il est prévu d'exploiter un routeur développé par Juniper Networks. C'est le seul compatible 100 Gbits par seconde actuellement disponible sur le marché.
Mise en place de normes IEEE
La société Infinera appliquera quant à elle les interfaces 100 GbE aux réseaux optiques d'Internet2 et ESnet. Les sociétés du monde des réseaux qui vont prochainement collaborer ont enfin insisté sur la nécessité de développer des normes si l'on veut parvenir à rentabiliser à étendre le déploiement de la nouvelle technologie. L'objectif est donc de parvenir d'ici mi 2010 à un consensus au sein de l'IEEE afin de pouvoir ensuite l'appliquer. "De notre effort collectif dépend la capacité qu'auront les scientifiques à faire des avancées considérables", a conclu Steve Cotter, responsable d'ESnet.Sa société, Internet 2, Infinera, Juniper Research et Level 3 communications se sont réunis hier à la conférence annuelle du SC08.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas