Quand les étiquettes RFID s'impriment par rouleaux

Par 19 mars 2010
Mots-clés : Smart city

Imprimer sur des bandes composées de nanotubes de carbones les radio-étiquettes diminue grandement le coût de cette technologie. Aux commerçants ensuite d'accoler ces marqueurs aux articles.

Pour faciliter le déploiement d'étiquettes RFID facilitant la traçabilité dans la grande distribution et en diminuer le coût de fabrication, une équipe américano-coréenne* propose de recourir aux nanotubes de carbone. Le système consiste à imprimer des radio-étiquettes autoadhésives sur des bandes de carbone qui ont l'avantage d'être à la fois souples et fines - et que l'on peut enrouler au besoin. Charge ensuite aux gérants du magasin ou aux fournisseurs des produits mis en vente d'accoler ces étiquettes aux articles. Chacune d'entre elles contient une antenne, associée à une puce électronique. Cela lui permet de recevoir des requêtes émises en radio-fréquence, et d'y répondre. La souplesse des bandes sur lesquelles sont imprimées ces étiquettes RFID rend cette technologie opérationnelle, selon les chercheurs.
Diminuer le coût de l'impression des radio-étiquettes
Jusqu'à présent, les tags RFID étaient imprimés sur des étiquettes en silicone. Cette nouvelle technique en rouleau va permettre de diminuer grandement les coûts" explique Gyou-jin Cho, chercheur associé au projet. "Les nanotubes de carbone sur lesquels sont imprimés les transistors miniaturisés ramènent en effet le coût d'impression d'un tag à quelques centimes" ajoute-t-il. En clair, d'après les chercheurs cette technologie a toutes les chances d'accélérer l'obsolescence des codes-barres actuels. Pour les consommateurs, cela permettra de raccourcir le passage en caisse : il leur suffira de passer devant un scanner, qui lira d'un coup l'ensemble des étiquettes accolées aux articles dans son caddie.
Scanner l'ensemble des articles contenus dans une grande surface
Mais certaines modifications doivent encore être effectuées. La taille des étiquettes est, par exemple, encore trop importante. Par ailleurs, le système est censé permettre à terme de scanner l'ensemble des articles contenus dans une grande surface. Or, ce n'est pas encore le cas avec les transpondeurs RFID actuels. "Pour le moment, l'émetteur ne peut lire les étiquettes RFID s'il se trouve à une distance trop importante" reconnaît le scientifique. Difficile donc d'avoir une vue d'ensemble sur tous les articles du supermarché.
* De la Rice university et de la Sunchon national university.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas