Pour être adopté, le smart grid doit s'insérer dans le quotidien

Par 13 octobre 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
éolienne

EcoGrid testera auprès des habitants d'un village danois l'accueil des solutions de gestion de sa consommation. Ces derniers pourront décider en temps réel, depuis leur mobile, des heures de fonctionnement de leurs appareils.

Pour que le smart grid soit efficace, les consommateurs doivent pouvoir gérer librement leur consommation d’énergie. C’est dans cette optique que l’Union européenne et un consortium d'entreprises a lancé le projet EcoGrid, qui consiste à mettre en place un réseau énergétique intelligent fonctionnant à partir d'un minimum de 50 % d'énergie renouvelable. Et que les individus peuvent gérer depuis leur ordinateur ou leur mobile. Pour démontrer l'efficacité du système, une expérience grandeur nature va être mise en place pendant 48 mois sur l'île danoise de Bornholm, qui impliquera plus de 2 000 foyers sur les 28 000 qui peuplent le territoire insulaire. Le but est en fait de pousser ces derniers à gérer de manière plus responsable leur consommation d'électricité, en fonction de l'heure et des tarifs.

Une gestion intelligente via un smartphone ou un ordinateur

Lisser cette dernière permet, outre une réduction des tarifs (par disparition des pics de consommation), une baisse de la consommation globale de par une diminution mécanique du gaspillage. Pour mener à bien l'expérience, les responsables du projet ont mis en place un logiciel capable de calculer quasi-instantanément le prix de l'électricité, afin que ce dernier reflète précisément l'offre et la demande. Ils ont aussi dû mettre à disposition de ces foyers des logiciels intelligents de gestion de l'électricité (via des applications smartphones ou des logiciels d'ordinateurs connectés aux appareils de la maison). Ceux-ci permettent de programmer les heures de fonctionnement de certains appareils (chauffage, machine à laver) en fonction du prix prévu de l'électricité.

Un projet parrainé par l'Union européenne, et visant à être généralisé

A noter que certains des habitants seront même dotés d'équipements capables de déterminer eux-mêmes l'heure à laquelle se mettre en marche ou stocker l'énergie (via des périphériques de stockage). Dans ce dernier cas, l'utilisateur choisit à l'avance ses critères de fonctionnement (heure, prix précis de l'électricité à un instant donné...), et la machine s'active lorsque ces derniers sont remplis.). A partir du verdict de cette expérience (viabilité ou non), les chercheurs espèrent pouvoir identifier les freins à la mise en place à grande échelle du système. On signalera que le financement du projet  s'effectue via l'Europe (pour moitié) et les entreprises du privé (IBM étant la dernière en date à avoir rejoint le projet)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas