Pour être efficace, l'e-learning a besoin d'une présence humaine

Par 14 avril 2009 3 commentaires
Mots-clés : Smart city

Les entreprises ne doivent pas dématérialiser totalement leurs solutions d'apprentissages : les supports d'e-learning doivent être combinés à un soutien humain.

Combiner les modalités d'apprentissage pour optimiser la formation en entreprise : selon la récente étude de Demos sur le e-learning, il s'agit d'une nouvelle tendance en fort développement en entreprise. Comme l'explique explique à L'Atelier Philippe Gil, co-directeur de Demos e-learning, ce système, appelé le blended learning, mixe "séances en présentiel avec un formateur, et temps de formation distancielle asynchrone durant lesquels l'apprenant s'autoforme via des outils technologiques". Et éventuellement classes virtuelles : en temps réel, plusieurs individus sont connectés à un enseignant. Cette combinaison permet d'optimiser l'apprentissage, en utilisant à la fois les bénéfices de la technologie et de l'aide humaine.
Vers le mobile learning
Un biais pour mettre l'accent sur les relations humaines est le recours aux outils collaboratifs. Dans le cadre de la formation, ce type de plates-formes d'échanges, très tournés terrain, "fonctionne comme le compagnonnage. Il n'y a pas de relation maître à élève, mais un échange d'expériences au sein d'une communauté", explique Philippe Gil. A noter également l'émergence d'un nouvel outil dans l'e-learning d'entreprise : le mobile. Après la classe, le livre et l'ordinateur, le mobile, pour le co-directeur de Demos, apparaît comme un outil qui combine autoformation et présentiel : "grâce au mobile, la formation sort de la salle. Elle devient 100 % nomade et multimédia." Le téléphone peut être utilisé pour prévenir d'une inscription, pour accéder à du contenu, comme l'iTunes University, ou servir en temps réel, en cours, pour répondre à des quiz. 
Combiner les systèmes
A noter : selon Philippe Gil, la formation n'est plus un moment particulier : les participants ne s'enferment plus dans une salle durant plusieurs jours. Mais utilisent des outils de manière éclatée pour recevoir un flux de formation continu, et mettre en pratique l'apprentissage. "Les outils informatiques d'autoformation peuvent être efficaces s'ils sont de qualité, et bien scénarisés", poursuit le directeur. Ils peuvent donc aisément, et à moindre coût, remplacer trois jours de cours magistral en présentiel. Ce qui dégage du temps pour les tuteurs en face à face, qui peuvent alors mettre en place des séances plus interactives et dynamiques. "Réinvestir de l'humain dans la formation motive, rassure et accompagne l'apprenant", rappelle Philippe Gil.

Haut de page

3 Commentaires

Bonjour
En tant que dirigeant de la société Amplitudes, venant du monde de la communication, et spécialisée depuis 15 ans dans la conception et la réalisation de programmes de formation "métiers" sur mesure, en e-learning, je veux réagir sur le ton que je dois qualifier de "péremptoire" du chapeau et du début de votre article :"...l'e-learning a besoin de...", "...les entreprises ne doivent pas..., "...les supports (sic) e-learning doivent...".

Nous sommes tous les jours sur le terrain, et nous constatons que les entreprises sont encore loin d'avoir une "culture e-learning" suffisante pour juger très valablement des différentes approches, et pour choisir celle qui, dans leur cas, convient le mieux à leur problématique particulière.

Aussi, leur asséner ainsi des affirmations sans nuances est dangereux. Et dangereux d'autant plus qu'elles émanent d'un organisme reconnu, d’une part, et que, d’autres part, dans de nombreux cas de figure, ces affirmations sont fausses.

Nous tenons à votre disposition une cinquantaine de réalisations qui prouvent le contraire, et dont l'efficacité est tellement reconnue que l'entreprise nous en commande d'autres ! ( Pour une grande filiale de Total, nous sommes partis sur une série de 6 programmes de 2h environ chacun ).

Ceci dit, attention ! Je ne veux pas dire non plus le contraire de vous !  Je ne suis pas un inconditionnel de l'auto-formation ! Il nous arrive de proposer, et de mettre en œuvre, quand cela nous semble utile dans le contexte, des stratégies où se mêlent et s'additionnent e-learning et "présentiel", ou présence humaine sous une forme ou une autre...

Ma réaction tient seulement en cela : évitons de lancer comme vérités premières des opinions qui ne sont, en fait, que des petites parties d'une réalité beaucoup plus vaste et beaucoup plus complexe !

Merci, si vous lisez toujours, de m'avoir lu jusqu'au bout ! Et merci, surtout, de donner à mes propos, un peu du retentissement que les vôtres peuvent avoir.

Cordialement quand même, bien entendu !

J-V Voyer

Soumis par J-V Voyer (non vérifié) - le 16 avril 2009 à 14h08

Le mobile learning semble susciter un intérêt nouveau. Les entreprises offrant des services permettant de travailler à distance cherchent en effet à profiter de la peur des absences liées à la grippe. Un point me semble donc bienvenue !

Soumis par ocarbone (non vérifié) - le 13 septembre 2009 à 18h52

Les études n'en sont qu'à leur début je ne pense pas les gens encore prêts à la généralisation de cette méthode

Soumis par GOMES (non vérifié) - le 03 avril 2014 à 10h30

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas