Etre sur Internet n'est pas une stratégie de campagne en soi

Par 06 avril 2010

A chaque pays et chaque type d'élections sa stratégie de communication online. L'utilisation d'Internet lors des élections présidentielles américaines ne peut ainsi se transposer aux élections législatives britanniques.

Il n'existe pas de modèle uniforme permettant de communiquer efficacement sur le web en période électorale : si l'utilisation d'Internet lors des dernières élections présidentielles aux Etats-Unis a démontré toute son efficacité, cela ne signifie pas pour autant qu'une telle utilisation est transposable à 100% à d'autres échéances électorales, et à d'autres pays. Cette précision ressort d'un rapport de la Hansard Society. Celui-ci souligne les différences majeures entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, qui rendent impossible une simple mutualisation des moyens mis en place outre-atlantique pour les élections législatives britanniques.
La nature des élections change la donne
"Il y a d'abord une différence d'échelle qui minimise grandement l'intérêt d'une campagne numérique", expliquent les chercheurs. "De plus, les sommes que l'on peut espérer lever en Grande-Bretagne via Internet sont bien moins importantes", ajoutent-ils. La nature même des élections entre également en compte. "Le modèle présidentiel américain se focalise sur un individu", précise le cabinet. "Il est beaucoup plus facile de construire une campagne sur Internet autour d'une personne, qu'autour de 650 candidats, appartenant chacun à différents courants du même parti". Malgré tout, selon le rapport, les réseaux sociaux vont jouer un rôle de plus en plus important dans les élections politiques.
Ne pas négliger l'impact des campagnes d'emailing
Avec des conséquences profondes : "Internet modifie la manière dont les responsables politiques s'adressent aux citoyens, en changeant le temps alloué à ces derniers", est-il indiqué. En effet, dans l'absolu, les réseaux sociaux permettent des échanges continus, 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Et cela change la donne dans le rapport entretenu entre les électeurs et le candidat politique. Reste que pour la Hansard Society, si les réseaux sociaux ne cessent de prendre de l'importance, il est essentiel de ne pas négliger l'impact des campagnes d'emailing. "L'email demeure l'outil numérique le plus puissant, lorsqu'il s'agit de cibler des électeurs potentiels, ou d'amener certains militants à s'engager davantage", expliquent ainsi les chercheurs.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas