Etude Cegetel/Sofres portant sur la Convergence.

Par 22 septembre 1999
Mots-clés : Digital Working

A l'occasion du salon Networld + Interop 99, Cegetel a rendu public les résultats d'une étude portant sur la perception de la convergence et de ses bénéfices par les responsables et utilisateurs tél...

A l'occasion du salon Networld + Interop 99, Cegetel a rendu public les
résultats d'une étude portant sur la perception de la convergence et de
ses bénéfices par les responsables et utilisateurs télécoms en entreprise.
Cette étude a été réalisée par la Sofres du 24 août au 3 septembre 1999
auprès d'un échantillon représentatif de 360 responsables télécoms et 200
utilisateurs d'entreprises de plus de 50 salariés dont la facture télécoms
globale annuelle dépasse 100 000 F HT.
La convergence qualifie clairement une offre intégrée en
télécommunications (téléphonie fixe couplée à la téléphonie mobile, voix
transportée sur les réseaux de données, couplages de la téléphonie mobile
et de l'Intranet et l'Internet) pour 50 % des responsables télécoms dans
les entreprises de plus de 500 personnes. 74 % d'entre eux peuvent en
donner spontanément une définition concrète, même partielle.
La convergence est un véritable progrès pour l'entreprise pour 62 % des
responsables télécoms. Les applications de la convergence seront
développées dans les trois prochaines années dans leur entreprise pour les
trois quarts des responsables télécoms.
Plus de 80 % des personnes interrogées perçoivent la convergence comme un
facteur de performance et un outil de management ainsi qu'un facteur de
réduction des coûts.
79 % des responsables télécoms des entreprises de plus de 500 personnes
attendent des solutions concrètes pour les services téléphonie
fixe/téléphonie mobile, 60 % pour la voix sur IP et 64 % des utilisateurs
pour les services téléphonie mobile/Intranet.
Le développement de la convergence est freiné, selon les personnes
interrogées, principalement par le montant des investissements à réaliser
et le coût de la mise à niveau des équipements existants. Sont ensuite
évoqués le manque d'information ou la méconnaissance de l'offre.
(Christine Weissrock - Atelier Paribas)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas