Etude de l’influence du jargon technique dans les refus d’achats

Par 10 juillet 2003
Mots-clés : Future of Retail

Lors de son dernier baromètre multimédia (mai 2003), Médiamétrie notait que 28,2 % des « non-internautes » français ne surfaient pas sur la toile pour « manque de compétence informatique » ...

Lors de son dernier baromètre multimédia (mai 2003), Médiamétrie notait que 28,2 % des « non-internautes » français ne surfaient pas sur la toile pour « manque de compétence informatique » (dixit l’institut de sondage). D’où vient ce mal ? Dans cette population, il y a probablement deux cibles : celle qui s’estime de toute façon réfractaire à la technologie, et celle qui ne passe pas à l’acte parce qu’elle ne comprend rien à la terminologie technique !

Une étude récemment commandée par ARM vient étayer ces propos. Sur 1 535 personnes réunies par le concurrent direct d’Intel, seulement 3 % d’entre elles ont su répondre intégralement au QCM dédié à des termes techniques qui leur était proposé. Parmi ces termes figurait des vocables tels que : USB, Wi-Fi, IEEE 1 394, MP3, WAP, Bluetooth, navigateur, megapixel,…

L’une des palmes des acronymes incompris est revenue à DVR qui signifie « Digital Video Recorder ». Où est le problème commercial ? 47 % de ceux qui obtiennent moins de six bonnes réponses ont décidé de ne pas acheter dans l’immédiat de caméscope numérique, à cause de « sa complexité »… L’incidence sur les achats paraît ici très claire ! CQFD.

(Atelier groupe BNP Paribas – 10/07/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas